•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haïti : l’ONU entérine un report des élections

Des mains tiennent une photo de Jovenel Moïse.

Le président d'Haïti Jovenel Moïse, assassiné en juillet, dirigeait par décrets depuis plus d'un an et demi.

Photo : Reuters / Ricardo Arduengo

Agence France-Presse

La majorité des membres du Conseil de sécurité a entériné de facto lundi un report des élections en Haïti, qui devraient se tenir au plus tard au second semestre 2022, selon la représentante de l'Organisation des Nations unies dans ce pays.

Rappelant l'accord survenu le 11 septembre entre les parties haïtiennes, Helen La Lime a souligné lors d'une réunion du Conseil qu'il prévoyait la formation d'un nouveau Conseil électoral provisoire et l'inclusion de la diaspora dans le processus politique.

Il prévoit également la tenue d'élections au plus tard au second semestre 2022, a précisé la représentante de l'Organisation des Nations unies.

Le président d'Haïti Jovenel Moïse, assassiné en juillet, dirigeait par décrets dans un pays sans Parlement depuis plus d'un an et demi, faute de scrutin organisé à temps.

Fin septembre, les autorités haïtiennes ont annoncé le report sine die de la présidentielle, des législatives et du référendum constitutionnel prévus entre novembre et janvier.

Après l'assassinat de son président, Haïti a été frappé par un séisme à la mi-août et a dû accueillir récemment des milliers de migrants haïtiens, expulsés notamment des États-Unis.

En dépit de cette situation peu favorable, Helen La Lime, une ex-ambassadrice américaine, a fait valoir des points positifs comme le large consensus national sur la nécessité de réformer la Constitution haïtienne de 1987, une charte largement considérée comme contribuant à l'instabilité politique et institutionnelle récurrente.

Moscou et Pékin regrettent la lenteur du processus politique

Au nom de la Russie, l'ambassadeur adjoint à l'Organisation des Nations unies Dmitry Polyanskiy, a déploré l'absence d'autorité stable en Haïti, et réclamé un pouvoir judiciaire efficace, tout en se disant effaré de voir sombrer le pays dans la pauvreté extrême.

Épinglée par le diplomate russe qui a dit ne pas comprendre la volonté américaine de renvoyer des migrants en Haïti dans une période aussi compliquée, l'ambassadrice américaine à l'Organisation des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, n'a pas dit un mot de ce sujet.

Les États-Unis soutiennent un processus inclusif et patient, ouvrant la voie à la démocratie grâce à des élections libres et équitables dès que les conditions le permettent, a-t-elle dit.

Les autorités gouvernementales doivent agir rapidement pour rétablir les institutions démocratiques du pays, a ajouté la diplomate, en appelant toutes les composantes haïtiennes à travailler ensemble pour revenir à une gouvernance démocratique.

À l'opposé de la patience prônée par Washington, la Chine, regrettant le report du référendum constitutionnel et critiquant aussi des droits foulés au pied pour les Haïtiens renvoyés chez eux, a estimé que la transition politique devait avancer de toute urgence.

Interrogé par l'Agence France-Presse à l'issue de la réunion sur les critiques russe et chinoise concernant la lenteur du processus politique, le ministre haïtien des Affaires étrangères, Claude Joseph, a estimé que la mort du président Moïse avait tout gâché alors que son pays était en train d'organiser des élections.

Les élections auront lieu aussitôt que possible, mais on doit certainement organiser les infrastructures sécuritaires afin de leur permettre d'avoir lieu, a-t-il fait valoir sans se prononcer sur une échéance.

Après y avoir longtemps déployé des Casques bleus, l'Organisation des Nations unies n'entretient plus en Haïti depuis fin 2019 qu'une mission d'appui politique (appelée Bureau intégré des Nations unies en Haïti) composée d'environ 1200 personnes et dont le mandat doit être renouvelé par le Conseil de sécurité à l'approche de son expiration le 15 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !