•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sous Denis Coderre, la place du Canada deviendrait la place de la Réconciliation

Le parc devrait faire l’objet d’une « requalification », selon lui.

Assis, Denis Coderre parle dans un micro.

La place du Canada devrait changer de nom, estime Denis Coderre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le chef d'Ensemble Montréal, Denis Coderre, souhaite rebaptiser l’un des parcs les plus emblématiques du centre-ville pour rendre hommage aux Premières Nations.

S’il reprend le pouvoir le 7 novembre prochain, M. Coderre se lancera dans une grande opération de « requalification » de la place du Canada, a-t-il indiqué lundi lors d’un événement organisé par Culture Montréal au Centre Phi. Le parc serait ainsi renommé « place de la Réconciliation ».

La statue de John Alexander Macdonald – renversée par des manifestants en août 2020 – serait réinstallée, mais ailleurs que sur son socle, a précisé M. Coderre.

Elle serait en outre accompagnée d’une plaque explicative pour mettre en contexte le legs du premier chef de gouvernement du Canada moderne, considéré comme l'un des principaux artisans du système des pensionnats autochtones.

Il faudrait aussi qu'on puisse en profiter pour parler de Louis Riel, a ajouté le chef d'Ensemble Montréal, faisant référence au chef métis pendu sous le règne de Macdonald, en 1885.

La statue décapité gît à terre, tandis que la tête a roulé non loin du corps.

Cette précision sur le sort de la statue de Macdonald survient moins d'une semaine après la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, au cours de laquelle Denis Coderre avait présenté ses engagements afin d’améliorer les relations avec les Premières Nations et les Inuit dans la métropole.

Interrogé sur le sort à réserver à la statue de l'ex-premier ministre, le chef d'Ensemble Montréal avait répondu que celle-ci devrait revenir à la place du Canada, accompagnée bien sûr de plaques explicatives.

S'il était là, il était là, alors moi, je n'aime pas qu'on déboulonne le passé, avait-il déclaré. Je veux l'expliquer, je veux le comprendre.

M. Coderre a précisé sa pensée, lundi, évoquant ce qui aurait pu sembler être un faux pas.

Quand j'ai dit qu'on ramenait John A. Macdonald, ça ne veut pas dire sur le socle [ou] sur le piédestal, a-t-il insisté auprès des journalistes après l'événement organisé par Culture Montréal.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Ce projet de requalification de la place du Canada serait un geste fort sur le plan symbolique, a fait valoir le chef d'Ensemble Montréal, lundi, rappelant que c'est sous son administration que la Ville avait décidé que la rue Ahmerst changeait de nom et que le drapeau montréalais arborerait désormais un pin blanc en son centre.

M. Coderre a admis ne pas avoir consulté en amont les leaders des Premières Nations à ce sujet. Il s’est toutefois engagé à le faire en cas de victoire le 7 novembre.

J'étais et je suis près d'eux, a-t-il assuré. On va travailler ensemble. On va le faire correctement.

Du paternalisme, croit Valérie Plante

Son adversaire Valérie Plante, qui participait elle aussi à l’événement, s’est montrée surprise par la promesse du chef d’Ensemble Montréal.

Le premier principe, c’est de cesser de décider pour les Autochtones ce qui est bon pour eux, a-t-elle déclaré. Je trouve ça malaisant que M. Coderre décide sans même parler à personne de ce qui doit être fait. Je trouve que ça démontre un paternalisme dont les Autochtones veulent vraiment se débarrasser. Ils en ont assez, de ça.

La cheffe de Projet Montréal souhaiterait plutôt établir un cadre de reconnaissance afin de dépolitiser la question.

La statue de Macdonald dérange depuis de nombreuses années. Avant qu'elle ne soit déboulonnée, l'œuvre de George Edward Wade était régulièrement aspergée de peinture rouge.

Les cols bleus l'ont recueillie et entreposée en lieu sûr au lendemain de son renversement, l'an dernier. Depuis, la Ville jongle avec différents scénarios.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !