•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face à la menace d’un défaut de paiement, Biden fustige les républicains

Joe Biden, devant un drapeau américain, parle en conférence de presse.

Le président Joe Biden exhorte les républicains à se joindre aux démocrates pour autoriser le relèvement du plafond de la dette.

Photo : Reuters / Evelyn Hockstein

Agence France-Presse

Le président américain fait monter la pression : à cause d'une opposition républicaine « irresponsable », Joe Biden a dit lundi qu'il ne pouvait « pas garantir » que les États-Unis ne feraient pas défaut sur leur dette le 18 octobre pour la première fois de leur histoire.

À deux semaines environ de la date butoir, le démocrate de 78 ans a déroulé un discours très pédagogique, et très politique, à la Maison-Blanche.

Le défaut de paiement, ce sont les taux d'intérêt qui montent, les retraites qui vacillent, les salaires de certains fonctionnaires qui sont menacés, tout comme les prestations sociales des vétérans, a dit Joe Biden. Bref, une météorite qui s'abattrait sur l'économie.

Le président des États-Unis a martelé que si cela arrivait, ce serait la faute d'une opposition républicaine dangereuse et irresponsable.

Ne vous mettez pas en travers du chemin, a-t-il réclamé, au moment où les démocrates essaient de faire passer un texte augmentant la capacité d'endettement du pays.

Mais ils disposent d'une majorité trop mince au Sénat pour pouvoir relever le plafond de la dette avec leurs seules voix.

Je ne peux pas croire que cela arrive, a dit le président à propos d'un défaut de paiement, mais je ne peux pas le garantir. Et d'ajouter que cela dépend de Mitch McConnell, le patron des républicains au Sénat.

Lequel n'a pas semblé très sensible à la pression présidentielle. Nous leur avons donné la marche à suivre et trois mois de préavis, je suggère à nos collègues de se mettre en mouvement, a-t-il lancé lundi à l'adresse des démocrates.

Mitch McConnell, s'adressant aux journalistes.

Le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell

Photo : Associated Press / J. Scott Applewhite

Derrière ces propos, de la technique parlementaire. Les démocrates pourraient en théorie, en passant par une procédure complexe, passer outre le blocage républicain, mais risqueraient de dépasser la date limite.

Le plus simple et le plus sûr serait que les républicains, au minimum, ne fassent pas entrave au Sénat, a dit la porte-parole de l'administration Biden, Jen Psaki.

À l'heure où la cote de confiance de Joe Biden fléchit, et à un an de législatives qui pourraient le priver de la maigre avance de son parti au Congrès, la Maison-Blanche durcit le ton.

Lors de son breffage quotidien, Jen Psaki a projeté un graphique montrant que Donald Trump – qui consolide jour après jour son emprise sur le Parti républicain – avait augmenté de 7800 milliards la dette américaine, en accordant de généreuses baisses d'impôt.

L'ombre d'une récession et de répercussions mondiales

Ce n'est pas la première fois que les États-Unis se voient engagés dans un tel compte à rebours. Les législateurs ont relevé ou suspendu pas moins de 78 fois ce plafond de la dette depuis 1960.

Il s'agit du seuil maximum légal accordé par le Congrès en matière d'emprunt. Actuellement fixé un peu au-dessus de 28 000 milliards de dollars américains, il sera atteint le 18 octobre, estime le Trésor.

S'il n'est pas relevé ou suspendu, le gouvernement devra, du jour au lendemain, cesser de vivre à crédit et couper largement dans ses dépenses. Ce qui jetterait le pays dans la récession. Sans compter les conséquences, imprévisibles, sur la finance et l'économie internationales, dominées par le dollar et irriguées de bons du Trésor américains.

Dans le passé, c'est le plus souvent une manœuvre soutenue par les deux partis qui relevait le plafond de la dette.

De cette opération somme toute routinière, les républicains ont commencé à faire un enjeu politique pendant la présidence Obama.

Le plan de relance

Joe Biden, dont la popularité a décroché après le chaotique retrait d'Afghanistan, a en tout cas décidé de se montrer davantage.

Mardi, le président sera dans le Michigan pour vanter ses gigantesques projets d'infrastructures et de dépenses sociales.

Ils sont pour l'instant enlisés au Congrès, cette fois à cause de tortueuses tractations entre élus démocrates, bien difficiles à suivre pour le grand public. Au grand dam de la Maison-Blanche, qui cherche à en faire la promotion auprès de la classe moyenne américaine, si chère à Joe Biden.

Le président ira ensuite à Chicago parler jeudi de vaccination contre la COVID-19, un autre grand enjeu de sa présidence.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.