•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une formation pour enseigner les bienfaits du yoga dans sa communauté autochtone

Une femme assise dans une espace vert de la Saskatchewan.

L'initiative a été soulevée en 2016 par l’instructeur de yoga et philanthrope de Saskatoon David Edney. (archives)

Photo : Dawn Deguire

Radio-Canada

Une trentaine d’Autochtones de la Saskatchewan ont reçu une formation pour devenir instructeurs de yoga afin de l’enseigner dans leurs propres communautés.

Cet été, le programme fondé par l’Association des instructeurs autochtones de yoga de la Saskatchewan (SIYA) a terminé sa troisième session. Chaque participant doit compléter le programme de certification de 200 heures.

L'initiative a été soulevée en 2016 par l’instructeur de yoga et philanthrope de Saskatoon David Edney. Ce dernier a approché le Conseil tribal de Saskatoon pour la création d’un programme de bourses afin de former ces instructeurs.

Pour la cofondatrice de l’organisme SIYA, Dawn Deguire, les ateliers tenus au Festival de Jazz de la Saskatchewan et la visite organisée d’un temple hindou figurent parmi les points forts de la formation.

C'était vraiment intéressant pour les étudiants de se familiariser avec leurs propres croyances et enseignements culturels, et de constater qu'il existe de nombreuses similitudes dans la vie quotidienne , a déclaré la membre de la Première Nation Muskoday.

Un cycle de guérison

Selon Dawn Deguire, il existe des similitudes entre le yoga et sa philosophie personnelle.

La plus grande se trouve dans nos enseignements. Il s'agit de se souvenir de qui nous sommes. Il y a beaucoup de similitudes entre les systèmes de croyances, qui font référence à une sorte de cycle de vie karmique, et au fait que notre esprit vit au cours de plusieurs vies, précise-t-elle.

Même son de cloche pour Harmony Johnson-Harder, membre de la nation crie de Montreal Lake, qui vient d’obtenir sa certification après avoir suivi la formation.

C'est l'une des principales choses que j'ai rapportées, les similitudes entre la construction d'une communauté, la façon dont on prend soin de soi, de son esprit, de son corps, de son âme et la façon dont cela contribue à la communauté. Le fait de vivre dans son corps permet de guérir les traumatismes, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de Candice Lipski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !