•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de production d’hydrogène contesté à Saint-Narcisse

La centrale et le barrage sur la rivière.

La centrale et le barrage hydroélectrique sur la rivière Batiscan, à Saint-Narcisse (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un conseiller municipal sortant a décidé de ne pas se présenter aux élections municipales afin, dit-il, de pouvoir divulguer librement l’information au sujet d’un projet d’usine de production d’hydrogène. La proposition d’un consortium d'entreprises japonaises et québécoises est à l’étude par le conseil municipal.

On ne devrait même pas penser si le projet est viable ou pas, estime le conseiller sortant Daniel Bédard qui souhaiterait que la municipalité cesse toutes discussions avec les promoteurs. L’utilisation de l’eau potable pour l’exportation d’énergie l’inquiète, précisant que l’eau utilisée pour la production d’hydrogène ne retourne pas dans la nature.

Monsieur Bédard affirme qu’il était le seul parmi le conseil municipal à s’opposer au projet. Quatre des six conseillers sortants ont été réélus sans opposition.

La mise en place d’une usine de production d’hydrogène nécessiterait le maintien du barrage de Saint-Narcisse. Hydro-Québec a prévu son démantèlement puisque la société d’État juge qu’il n’est plus utile. Le barrage ne produit plus d’électricité depuis trois ans parce que des travaux de réfection sont nécessaires.

Le maire Guy Veillette, réélu sans opposition lui aussi, assure que le conseil municipal partage les préoccupations de Daniel Bédard concernant la préservation de l’eau potable. Au niveau de la municipalité de Saint-Narcisse, on prend plusieurs mesures dont les compteurs d’eau, dont les campagnes d’incitation à la préservation, précise-t-il.

La proposition pour l’usine de transformation est sur la table, ajoute-t-il, et le conseil municipal souhaite pouvoir évaluer les retombées positives et négatives avant de la soumettre à la population.

« Il faut faire le travail de façon sérieuse avant de se positionner. »

— Une citation de  Guy Veillette, maire de Saint-Narcisse

L’objectif du maire est de trouver une façon d’utiliser l’énergie qui serait fournie par le barrage pour éviter son démantèlement, citant en exemple la possibilité d’installer des mines de cryptomonnaie qui nécessitent beaucoup d’électricité. Guy Veillette mentionne que des municipalités en Estrie en ont accueilli.

Ce qu’on a toujours recherché avec la reprise du barrage de Saint-Narcisse, c’est une source de financement récurrente pour les citoyens de Saint-Narcisse. Une source de financement qui permettrait d’investir sur la qualité de vie, sur les infrastructures, sur les services aux citoyens, déclare le maire. Le budget annuel de Saint-Narcisse est d’environ 3 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !