•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exoplanète en orbite autour de trois étoiles?

Animaltion du système GW Orionis. De la poussière sombre tourne autour d'une boule lumineuse.

Les astrophysiciens ont modélisé en détail le système GW Orionis.

Photo : ESO/Exeter/Kraus et al./L. Calçada

Radio-Canada

Une toute première exoplanète en orbite autour de trois étoiles aurait été découverte par une équipe américaine d’astrophysiciens.

Ce trio stellaire bien particulier nommé GW Orionis se trouve à 1300 années-lumière de la Terre.

Contrairement à notre système solaire, qui se compose d'une seule étoile, on pense que la moitié des systèmes stellaires […] se composent de deux étoiles ou plus gravitationnellement liées l'une à l'autre, expliquent dans un communiqué les scientifiques de l’Université du Nevada à Las Vegas.

Deux images montrent la structure annulaire du disque de poussières autour des étoiles.

Le système stellaire triple GW Orionis. L'image de gauche montre la structure annulaire du disque, l'anneau le plus interne étant séparé du reste du disque. L’image de droite montre l'ombre de l'anneau le plus interne sur le reste du disque.

Photo : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO), ESO/Exeter/Kraus et al.

Des planètes appartenant à des systèmes solaires binaires ont déjà été découvertes, mais aucune en orbite circumtriple n’avait jamais été détectée jusqu’à maintenant.

L’astrophysicien Jeremy Smallwood et ses collègues y seraient parvenus grâce aux données recueillies par au Grand réseau d'antennes millimétrique/submillimétrique de l'Atacama (ALMA) installé dans le désert d'Atacama, dans le nord du Chili.

Une mystérieuse anomalie

Ces chercheurs ont analysé les trois anneaux de poussière, essentiels à la formation de planètes, autour des étoiles du système GW Orionis pour y détecter une mystérieuse anomalie.

Cette brèche dans la répartition de la poussière aurait pu être créée par la force gravitationnelle des étoiles, estiment les chercheurs. Mais, après avoir modélisé en détail le système GW Orionis, ils pensent plutôt qu’une (ou plusieurs) planète massive de type Jupiter pourrait être responsable du phénomène.

Les géantes gazeuses sont généralement les premières planètes à se former dans un système stellaire puis les planètes terrestres comme la Terre et Mars suivent, explique Jeremy Smallwood, auteur principal de ces travaux publiés dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Pour le moment, la planète elle-même n'a pas été observée directement, mais ces travaux laissent à penser qu’elle s’y trouve.

C'est vraiment passionnant, car cela confirme la théorie de la formation des planètes. Cela pourrait signifier que la formation des planètes est beaucoup plus active que nous le pensions, ce qui est plutôt cool, conclut le Dr Smallwood.

D'autres observations du télescope ALMA seront analysées dans les mois à venir, et pourraient finalement confirmer son existence grâce à des preuves directes.

Repères

  • Pas moins de 4525 exoplanètes ont été officiellement détectées dans plus de 33 570 systèmes planétaires.
  • Plus de 7761 exoplanètes supplémentaires sont actuellement en attente de confirmation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !