•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De meilleurs services réclamés à la bibliothèque de Richmond

En avant-plan un livre ouvert, en arrière-plan une bibliothèque.

Des citoyens de Richmond souhaitent la mise en place d'une bibliothèque publique.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Des citoyens de Richmond réclament des engagements clairs des candidats aux élections municipales pour améliorer l’offre de services de leur bibliothèque.

La porte-parole du Regroupement pour une bibliothèque publique de la région de Richmond, Marjolaine Delisle, explique que c’est un organisme à but non lucratif (OBNL) qui gère la bibliothèque à Richmond.

Un regroupement a entrepris des démarches il y a un an pour que la bibliothèque devienne un service municipal. L’adhésion au Réseau des bibliothèques publiques de l’Estrie, le Réseau BIBLIO, permettrait notamment d’avoir accès à davantage de livres et une mise à jour du système informatique.

Marjolaine Delisle estime toutefois qu'il est difficile est difficile d’avoir l’heure de la part des élus concernant leurs plans pour développer la bibliothèque.

C'est difficile pour communiquer avec les dirigeants de la bibliothèque. La Ville et l’OBNL se lancent la balle. Seuls les bénévoles peuvent dire leur mot. Ce serait mieux pour les citoyens que la Municipalité redevienne redevable. Nous voulons remettre cette question sur la table d’ici le prochain budget. Je pense qu’il est temps d’agir, estime Marjolaine Delisle.

Il y a plusieurs citoyens qui ont essayé d'approcher la bibliothèque. Il y a un orgueil d’être indépendant, mais je ne vois pas à quel point c’est avantageux de l’être. À Richmond, tout le monde est élu par acclamation, alors il n’y a pas de débat. Nous voulons que les élus se commettent quand même.

Une citation de :Marjolaine Delisle, porte-parole du Regroupement pour une bibliothèque publique

Avoir de meilleurs services

Marjolaine Delisle déplore notamment que les services informatiques à la bibliothèque de Richmond ne soient pas à jour.

Il n’y a pas de collection par catalogue et encore moins possibilité de réserver en ligne. Nous avons constaté avec la pandémie que c’était essentiel. Nous n'avons pas accès aux subventions des bibliothèques publiques parce que notre bibliothèque est un OBNL. L’achat de livres se fait au goutte à goutte, signale Marjolaine Delisle.

Les gens vont ailleurs parce qu’il y a de meilleurs services. Ce serait un minimum comme ville-centre de se joindre au Réseau BIBLIO.

Une citation de :Marjolaine Delisle, porte-parole du Regroupement pour une bibliothèque publique

Elle rappelle que le Réseau des bibliothèques publiques permet de démocratiser l'accès à la culture dans les plus petites municipalités. Selon elle, en joignant ce réseau, Richmond pourrait ainsi avoir accès à 8000 livres par année.

C'est un ajout de se rendre au Réseau BIBLIO. Nous voulons que ce soit simple, indique-t-elle.

De son côté, le maire de Richmond a refusé notre demande d'entrevue, soulignant que le canton de Melbourne et Cleveland doivent être également participer à cette décision.

Le conseil municipal de Richmond doit se pencher sur la demande des citoyens lundi soir à la séance du conseil.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !