•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un « pilote très expérimenté » qui s’est écrasé à Montréal samedi soir

Carcasse du Cessna Cessna 172 après l’écrasement.

L’appareil s'est écrasé dans le parc de Dieppe, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Radio-Canada

Le pilote qui a survécu à l'écrasement d'un petit avion samedi soir à Montréal, Gian Piero Ciambella, est décrit comme un homme d'expérience qui a déjà fait face à des situations d'urgence.

L’avion s’est écrasé vers 18 h au parc de Dieppe, dans la Cité du Havre, tout près d'Habitat 67, en faisant un mort. Il n’y a pas eu de blessé au sol. Le pilote est toujours en centre hospitalier, où l'on ne craint pas pour sa vie.

L’appareil, un Cessna 172M datant de 1974, appartient à l’entreprise de M. Ciambella, Aerogram, qui se spécialise en publicités aériennes.

M. Ciambella est un pilote très expérimenté, a assuré Paul Fréchette, lui-même pilote et ancien enquêteur du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), en entrevue à ICI RDI dimanche.

En 2006, Gian Piero Ciambella a d’ailleurs dû atterrir d’urgence – à bord de l’appareil qui s’est écrasé samedi – sur l’avenue du Parc, à Montréal, après un arrêt du moteur. L’accident, lors duquel personne n’a été blessé, a fait l’objet d’un rapport du BST (Nouvelle fenêtre) et lui a valu de remporter le trophée Robert-Piché en 2008 (Nouvelle fenêtre) pour avoir réussi un exploit de pilotage extraordinaire [...] accompli avec l’objectif de sauver des vies.

C’est un « pilote très expérimenté » qui s’est écrasé à Montréal

Samedi, il tirait une banderole où l’on pouvait lire Chantal, veux-tu m’épouser? en anglais.

J’entendais le moteur qui tournait, mais il ne tournait pas rond, a confié un témoin. Quelque 10 à 15 secondes plus tard, j’ai entendu un grand boum, puis le feu a quasiment été instantané.

La police et les pompiers ont été dépêchés sur les lieux immédiatement.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a aussi envoyé une équipe d'enquêteurs pour comprendre les circonstances de cet écrasement.

Carcasse d'un avion partiellement calciné après un écrasement.

L’appareil s'est écrasé sur le parc de Dieppe.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Le porte-parole du Bureau de la sécurité des transports du Canada, Chris Krepski, a déclaré que les enquêteurs n'ont pas encore déterminé les causes de l'accident, mais que les autorités ont reçu des informations faisant état de problèmes de moteur sur l'appareil. Les enquêteurs souhaitent parler au pilote lorsque son état de santé le permettra.

Nous n'avons encore rien exclu, a ajouté le porte-parole. La carcasse de l'avion a été envoyée à Ottawa pour analyses.

La bannière de demande en mariage, qui serait tombée dans le fleuve Saint-Laurent peu de temps avant l'écrasement, n'a pas été retrouvée selon M. Krepski.

Avec les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !