•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gagner moins et être heureuse dans son travail

Lise Le Guellec et Lise Jobin.

Lise Le Guellec (à gauche) travaille à la Maison Écho du Cœur, fondée et dirigée par Lise Jobin (à droite), comme intervenante depuis septembre 2020.

Photo : Radio-Canada

En juin 2020, Lise Le Guellec s’inscrit à la formation accélérée offerte par le gouvernement Legault pour devenir préposée aux bénéficiaires. Une fois son stage dans un CHSLD terminé, elle choisit plutôt de se tourner vers une résidence pour personnes âgées atteintes d’Alzheimer, un organisme à but non lucratif. Résultat : elle renonce à une bourse de 9000 dollars et voit son salaire passer de 25 à 15 dollars de l’heure.

Lise Le Guellec voulait consacrer plus de temps aux patients. C’est ce qui explique son départ du CHSLD. Dans ces endroits-là, malheureusement [le personnel soignant] a beaucoup trop de travail. C’est impossible de pouvoir donner du temps de qualité à chacun des résidents, affirme-t-elle.

Malgré la diminution de salaire importante et l’obligation de rembourser l’entièreté de la bourse offerte par le gouvernement provincial dans le cadre de la formation accélérée, Lise Le Guellec est en paix avec sa décision. Pour moi, ce n’était pas une question d’argent, c’était une question de valeurs.

Du biathlon aux aînés

Mme Le Guellec était à la retraite lorsque le premier ministre François Legault a lancé un appel aux Québécois pour qu’ils s’inscrivent à la formation accélérée de préposés aux bénéficiaires. L’ex-entraîneuse de biathlon s’est alors engagée. Au même moment, elle était à la recherche d’une résidence pour sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Depuis septembre 2020, Lise Le Guellec travaille comme intervenante à la Maison Écho du Cœur, à Beauport. La résidence pour personnes qui souffrent d’Alzheimer compte neuf résidentes, dont sa mère, et une quinzaine d’employés.

Ici, [les résidentes] font de la peinture, du tricot, de la popote. On fait toutes sortes d’activités. On ne peut pas retrouver ça dans un CHSLD, c’est impossible, explique l’intervenante.

Lise Le Guellec en compagnie d'une résidente.

Lise Le Guellec en compagnie d'une résidente

Photo : Radio-Canada

Le 29 septembre dernier, Mme Guellec a lancé une campagne de financement afin d’amasser des fonds pour la résidence pour laquelle elle travaille. L’objectif primaire est de faire connaître la maison, précise-t-elle. Jusqu’à maintenant, 3000 $ ont été amassés. L’intervenante souhaite récolter plus de 30 000 $.

La Maison Écho du Cœur existe depuis maintenant 10 ans. Lise Jobin, fondatrice et directrice de la résidence, insiste sur l’importance d'accompagner les résidents. [L’objectif est de] permettre à des personnes aînées atteintes d’Alzheimer de continuer à vivre dans la dignité, de vivre sainement, de façon sécuritaire, souligne-t-elle.

La collecte de fonds organisée par Lise Le Guellec contribuera au maintien des activités de la maison, mentionne la fondatrice de l’établissement.

La formation accélérée de préposés aux bénéficiaires en chiffres

Dans la Capitale-Nationale, 604 personnes ont suivi la formation accélérée pour devenir préposées aux bénéficiaires. De ce lot, 519 l’ont terminée et sont en poste au CIUSSS de la région.

En Chaudière-Appalaches, 479 personnes se sont inscrites à la formation et 307 l’ont terminée.

L’objectif du gouvernement Legault était d’engager 10 000 préposés aux bénéficiaires afin de répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans les CHSLD; 8 500 des préposés engagés sont toujours en poste.

D'après les informations de Kassandra Nadeau-Lamarche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !