•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « snowbirds » se demandent pourquoi la frontière terrestre demeure fermée

Des voitures traversent un poste frontalier.

Les États-Unis ont prolongé la fermeture de leur frontière terrestre au moins jusqu’au 21 octobre. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Eduardo Lima

Radio-Canada

Alors que la fermeture de la frontière terrestre américaine aux voyageurs non essentiels se prolonge, des Canadiens pleinement vaccinés qui passent normalement l’hiver dans le Sud s’impatientent.

Si la frontière américaine demeure fermée le mois prochain, ils devront dépenser d’importantes sommes d’argent pour faire transporter leurs véhicules récréatifs (VR) de l’autre côté, alors qu’eux-mêmes seront forcés de prendre l’avion.

C’est ridicule, s’est indignée Laura Fordham, qui vit dans un VR à longueur d’année avec son mari Fred.

Ça n’a aucun sens de laisser les gens prendre l’avion, mais de les empêcher de conduire pour traverser la frontière.

Une citation de :Laura Fordham, « snowbird »

Le parc de VR où réside le couple à Puslinch, en Ontario, ferme à la fin du mois.

Les États-Unis ont prolongé la fermeture de leur frontière terrestre au moins jusqu’au 21 octobre. Si cette date est prolongée jusqu’en novembre, Mme Fordham dit qu’elle va payer environ 700 $ pour qu’un chauffeur transporte leur VR au Michigan, de l’autre côté de la frontière.

Bien que les Canadiens ne puissent pas traverser par voie terrestre, ils ne font face à aucune restriction sur l’importation de véhicules aux États-Unis.

Un véhicule récréatif

Laura Fordham et son mari vivent dans un VR à longueur d'année.

Photo : Laura Fordham

Mme Fordham dit qu’elle et son mari devront dépenser des centaines de dollars chacun pour prendre un vol de Toronto à Flint, au Michigan, afin de reprendre leur VR en route vers le Texas.

Ça fait mal au budget, a-t-elle déploré. Nous ne dépendons que d’une pension gouvernementale.

Comme d’autres voyageurs hivernants avec lesquels CBC News a pu s’entretenir, Mme Fordham conteste la logique derrière les restrictions en vigueur à la frontière. Selon elle, il est plus sécuritaire de voyager en VR qu’en avion en temps de pandémie.

Dans notre VR, il n’y a que nous deux, dit-elle. Nous ne sommes pas dans une foule.

Certaines restrictions levées

Au début de la pandémie, en mars 2020, les États-Unis et le Canada ont fermé leur frontière terrestre aux voyageurs non essentiels d’un commun accord. Pour des raisons qui n’ont jamais été détaillées, les États-Unis ont continué de laisser les Canadiens prendre l’avion pour se rendre au pays.

En août, le Canada a rouvert ses frontières terrestre et aérienne aux Américains pleinement vaccinés.

En septembre, les États-Unis ont aussi annoncé un certain relâchement des restrictions aux voyageurs à venir. Depuis le début de la pandémie, nos voisins du sud ont bloqué l’accès aérien des voyageurs de douzaines de pays, dont la plupart des nations européennes. Ils doivent cependant mettre fin à ces mesures et autoriser les voyageurs pleinement vaccinés à se rendre aux États-Unis par avion à partir de novembre.

Pour ce qui est de la frontière terrestre, le gouvernement s’est contenté de dire qu’elle resterait fermée en raison de la pandémie. Il n’y a toujours pas de date de réouverture en vue.

Nous n’avons aucune mise à jour ou prévision en ce moment.

Une citation de :Jen Psaki, porte-parole de la Maison-Blanche

Selon l’Association canadienne des « snowbirds », plus d’un million d’hivernants se rendent chaque année dans le sud, et la plupart voyagent à bord de leur véhicule.

Si la fermeture de la frontière terrestre se poursuit, nombre d’entre eux vont sans doute rester à la maison. Mais cela pourrait représenter un défi pour ceux qui devront passer l’hiver canadien dans un VR ou trouver un logement temporaire.

Ils devraient ouvrir la frontière terrestre aux Canadiens qui sont pleinement vaccinés, soutient Bernard Loiselle.

Lui et sa femme, Sylvie Charbonneau, vivent en ce moment dans un parc de VR de Marieville, en Montérégie, qui ferme aussi vers la fin du mois.

Sylvie Charbonneau et Bernard Loiselle portant des masques.

Sylvie Charbonneau et Bernard Loiselle devront dépenser une somme d'argent importante si la frontière terrestre demeure fermée en novembre.

Photo : Sylvie Charbonneau

Le couple s’est déjà entendu avec une compagnie québécoise qui va affréter un vol vers Plattsburgh, dans l’État de New York, le 1er novembre. La compagnie va aussi transporter leur VR de l’autre côté de la frontière afin que M. Loiselle et Mme Charbonneau puissent le reprendre et conduire jusqu’en Floride.

Si la frontière terrestre rouvre le 22 octobre, le couple va annuler l’opération. Sinon, le coût de la manœuvre dépassera les 2000 $.

Nous devons faire ce que nous devons faire pour passer l’hiver au soleil, a lancé M. Loiselle.

CBC News a demandé à plusieurs reprises au gouvernement américain pourquoi les Canadiens ont été autorisés à se rendre aux États-Unis en avion, mais pas en voiture tout au long de la pandémie. Il n’a jamais répondu.

La semaine dernière, lors d’audiences gouvernementales, le sénateur américain Gary Peters, du Michigan, a demandé pourquoi la frontière terrestre demeure fermée aux Canadiens pleinement vaccinés.

La trajectoire du variant Delta n’est pas encore là où nous avons besoin qu’elle soit, a répondu le secrétaire du département de la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas.

Il a dit que les restrictions de voyage aux États-Unis sont assouplies par étape, et il n’a pas été en mesure de fournir un échéancier pour la réouverture de la frontière terrestre.

Nous examinons la situation, a déclaré M. Mayorkas.

Avec les informations de Sophia Harris, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !