•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les théâtres ontariens réclament des assouplissements des restrictions sanitaires

Les comédiens sont dans la salle du Théâtre du Nouvel-Ontario, ils travaillent chacun à leur propre table pour respecter les consignes de distanciation sociale.

Plusieurs artistes n'ont pas pu faire de répétitions pendant la pandémie en Ontario en raison des restrictions sanitaires.

Photo : Michel Laforge

L’Ontario a récemment assoupli les limites de capacité dans des lieux de divertissement, permettant ainsi aux cinémas et salles de spectacle intérieures de se remplir à 50 %. Mais pour plusieurs établissements comme les théâtres qui ont de petites salles, la différence est presque inexistante en raison des exigences de distanciation.

Le Théâtre de la Vieille 17 d’Ottawa reprend vie. Il s’apprête à présenter un spectacle pour enfants — le tout premier en plus de 18 mois — au plus grand bonheur d’Élise Gauthier, mère d’une fille de trois ans. 

Avec la pandémie, tout est arrêté, donc le fait de ne pas pouvoir l'emmener voir des spectacles m’a vraiment vraiment manqué. Il y a quelques semaines, je l’ai amenée voir un spectacle à l’extérieur [...], et puis là, le fait que le Théâtre de la Vieille 17 offre un spectacle en salle avec des mesures sanitaires qui me rendent assez à l'aise, je suis contente de pouvoir amener ma fille au théâtre après une année et demie, affirme-t-elle. 

Mais ce n’est pas tout le monde qui a eu la chance, comme Élise Gauthier, de se procurer l’un des billets disponibles pour le spectacle, qui ont d’ailleurs trouvé preneur en moins de 48 heures. 

Le Théâtre de la Vieille 17 doit se conformer aux exigences provinciales, et maintenir une distance de deux mètres entre les groupes de spectateurs issus de foyers différents. Résultat : sa capacité d’accueil maximale de 173 places a été réduite dans ce cas-ci à une quarantaine. 

Ça représente trois bancs de vides à gauche, trois bancs de vides à droite et deux rangées devant qu’on doit complètement bloquer avec cette distanciation et pourtant, le public doit rentrer avec une preuve de vaccination et maintenir le masque tout le long de la représentation, décrit la directrice artistique du Théâtre, Geneviève Pineault. 

Une femme portant des lunettes colorées et du rouge à lèvres rouge sourit en regardant la caméra.

Geneviève Pineault est la directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17.

Photo : Avec la gracieuseté du Théâtre de la Vieille 17 / Crédit : Alfred Boyd

Elle estime que l’exigence de distanciation de deux mètres freine la relance efficace du secteur des arts vivants durement touché par la pandémie. 

Il y a très peu de salles en Ontario, surtout du côté francophone, qui seraient capables de se rendre à 50 % avec une distanciation physique de deux mètres entre chaque bulle de spectateurs. Si on veut vraiment permettre au milieu des arts et du spectacle de recommencer, il faut revoir cette distanciation physique de deux mètres.

Une citation de :Geneviève Pineault, directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17

Même son de cloche au Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) de Sudbury, qui finalise en ce moment sa programmation pour la saison prochaine. Sa directrice artistique, Marie-Pierre Proulx, rappelle que la halte a été très très longue dans le milieu du théâtre comme dans d’autres secteurs culturels ou des arts de la scène.

On n’a pas pu présenter de spectacle, on n’a pas pu répéter, on n’a pas pu être en laboratoire pendant plusieurs mois, et là, au moment où il y a l’espoir d’une relance, ça se faire encore avec beaucoup d’incertitude, note-t-elle.

On a l’impression que les mesures en ce moment ne sont peut-être pas adaptées parfaitement ou il n’y a peut-être pas une compréhension complète de la part des gouvernements de nos réalités finalement quand on a une petite ou moyenne salle de spectacle, et non de grands concerts comme dans les stades. Il y a comme une relance à deux vitesses selon les grandeurs des salles et c’est sûr que c’est préoccupant.

Une citation de :Marie-Pierre Proulx, directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario 
Marie-Pierre Proulx entrera en poste le 2 octobre prochain au TNO.

Marie-Pierre Proulx est la directrice artistique du Théatre du Nouvel-Ontario.

Photo : Mariane Duval

À Hearst, le Conseil des arts est en mesure d’accueillir plus de 120 spectateurs, soit la moitié de son maximum normal de spectateurs. Mais la directrice générale et artistique de l’organisme, Valérie Picard, se pose beaucoup de questions quant aux règlements [en vigueur] pour les arénas dans le cadre d’activités sportives.

En vertu des nouvelles règles, les grands arénas peuvent accueillir jusqu’à 10 000 spectateurs vaccinés.

On ne veut pas non plus mettre nos communautés plus à risque de contracter le virus [...], mais pourquoi est-ce que c’est si différent pour eux que pour nous quand il semble, selon moi, que c’est plus simple pour de petites salles et de petites foules de contrôler le respect des mesures sanitaires?

Une citation de :Valérie Picard, directrice générale et artistique du Conseil des arts de Hearst

Elle pose devant une murale colorée.

Valérie Picard dirige le Conseil des Arts de Hearst.

Photo : Facebook

«Envieux du Québec»

Disons qu’on est un peu envieux du Québec, laisse savoir Geneviève Pineault. 

Au Québec, depuis juillet, les spectateurs issus de bulles différentes ne sont pas tenus que de laisser un seul siège vide entre eux

Mais dès le 8 octobre, les salles de spectacle pourront remplir tous leurs sièges à nouveau, tout en demandant toutefois aux spectateurs de fournir leur preuve vaccinale et de garder leur masque en tout temps. 

Le gouvernement du Québec a justifié la mesure entre autres par son excellent taux de vaccination contre la COVID-19, qui se situait jeudi à 85,4 %.

En Ontario, c’est près de 81,2 % des Ontariens de 12 ans et plus qui sont maintenant entièrement vaccinés

Au vu de ces données, l’immunologue Alain Simard, de l’École de médecine du Nord de l’Ontario, croit que la révision de l’exigence de distanciation pourrait être explorée en Ontario pour les salles de spectacle.  

Si on se fie aux données du Québec, [...] ces mesures-là avec le fait que les gens doivent tous être vaccinés, mais qu’on réduit la distance, peut-être que ce n’est pas aussi grave que ce que j’aurais pensé au début. Alors, on pourrait potentiellement le considérer, déclare-t-il, ajoutant toutefois que la prudence devrait être de mise dans les communautés ayant les taux de transmission les plus élevés.

Coup dur sur les finances

Les théâtres réclament aussi des assouplissements pour éviter de continuer à subir les contrecoups financiers de la pandémie. 

À 40 spectateurs par représentation, le coût de spectacle, les cachets pour les artistes, toute cette réalité-là demeure pour nous aussi, souligne-t-elle.

Marie-Pierre Proulx explique également que l’incertitude à laquelle fait face le secteur des arts complique la planification financière. Pour l’élaboration de son budget, illustre-t-elle, le TNO projette des revenus plus faibles provenant de la vente de billets. 

Mais il y a des gens qui ont été financièrement fragilisés par la pandémie, ajoute-t-elle, et le TNO cherche aussi à s’assurer que ce soit accessible [pour eux] de venir au théâtre

Donc, il y a toutes ces questions qu’on se pose, que ce soit accessible, mais que nous, on puisse quand même avoir une sécurité financière.

Une citation de :Marie-Pierre Proulx, directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario

Geneviève Pineault espère un changement de cap prochain de la province.

Pour un artiste, c’est complètement insensé de ne pas pouvoir pratiquer son métier. Ça a fait beaucoup de dommages psychologiquement, émotivement, et on a aussi perdu beaucoup de travailleurs, d’artistes, de techniciens, et tout ce qu’on demande, c’est de pouvoir reprendre. Après 20 mois, on le mérite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !