•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La justice impose une amende de 60 000 $ à une femme qui nourrissait des ours

Une maman ours et son petit sont dans un champ d'herbe.

La femme de Whistler donnait des pommes, des carottes et des œufs aux ours.

Photo : Associated Press / Mark Thiessen

Radio-Canada

Une femme devra régler une amende de 60 000 $ pour avoir nourri régulièrement des ours noirs à Whistler, en Colombie-Britannique.

Il s’agit de l’amende la plus élevée à avoir été infligée en vertu de la Loi sur la faune de la province.

Le Service des agents de protection de la faune a reçu en juillet 2018 une information selon laquelle une résidente du quartier Kadenwood, à Whistler, nourrissait des ours.

Il dit avoir découvert que Zuzana Stevikova achetait chaque semaine 10 caisses de pommes, une vingtaine de kilos de carottes et 15 douzaines d'œufs pour les laisser aux ours.

Par la suite, les agents ont été obligés d’abattre trois ours qui étaient devenus tellement habitués à la nourriture et à la présence humaine qu’ils n’avaient plus peur des gens. Les animaux fréquentaient souvent le secteur et causaient des dommages aux propriétés.

Zuzana Stevikova a connu sa peine à la Cour provinciale de North Vancouver plus tôt cette semaine. La cause crée un précédent en Colombie-Britannique.

Le sergent Simon Gravel, agent de protection de la faune, dit que lorsque les ours associent les êtres humains à de la nourriture, ils posent un risque à la sécurité publique.

La priorité du service est la sécurité publique. Nourrir illégalement ou attirer des animaux dangereux, tels que les ours, est une activité dangereuse, déclare le sergent Gravel.

La majeure partie de l’amende sera reversée à la fondation Habitat Conservation Trust, dit le Service de protection de la faune qui espère voir cette punition dissuader la population de nourrir les ours.

D'après les informations de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !