•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hommage senti à Francis Perron à l’occasion du match Panda

Un homme et une femme se recueillent sur un terrain de football.

Environ 70 proches de Francis Perron ont fait le trajet Sherbrooke-Ottawa en autobus pour assister au match de samedi.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Radio-Canada

Les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa ont rendu hommage à leur coéquipier disparu, Francis Perron, samedi, à l’occasion du match Panda les opposant aux Ravens de l’Université Carleton. Il s'agissait de la première fois que l’équipe de football en deuil jouait en territoire ottavien depuis le début de la saison.

Ce match était pour lui. Toute la semaine, on s'est dit qu'on en avait besoin de cela, pour Francis, a souligné en entrevue Ben Maracle, l'un des joueurs de Gee-Gees, au sujet de son confrère qui a perdu la vie le 18 septembre dernier.

D'autres membres de l'équipe ont souligné à quel point la rencontre sportive - qui s'est soldée par leur victoire - avait été riche en émotions, dans les circonstances.

Je pense que toute l'équipe pense à lui [...] Ça voulait dire beaucoup, pour nous, de gagner ce match aujourd'hui. Je pense donc qu'il était avec nous sur le terrain, a dit l'un d'eux, Kylian Freslon.

Francis, on a fait tout ça pour toi. Toute la semaine, toute la saison, c'est tout pour toi. On pense à toi, a renchéri le demi défensif Christopher Cyril.

« On a perdu l’un de nos frères, mais on est restés résilients. »

— Une citation de  Christopher Cyril, joueur des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa
Des footballeurs sur le terrain, dans un stade, à Ottawa, avant le début d'un match.

Une minute de silence a été observée en hommage à Francis Perron.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

La famille de Francis Perron, qui était aussi présente à la place TD, s’est rendue au centre du terrain pour souligner la mémoire du jeune homme.

Ses membres ont reçu des cadres contenant son chandail ainsi que son casque de football. Une minute de silence a aussi été observée en marge du match.

Environ 70 proches de Francis Perron ont loué deux autobus et ont fait le trajet Sherbrooke-Ottawa pour assister à l'événement.

La famille de Francis Perron tenant des cadres dans lesquels se trouvent ses équipements de football sur le terrain de la place TD avant le début du match Panda.

La famille de Francis Perron, un étudiant en génie mécanique de 25 ans, s’est rendue au centre du terrain pour lui rendre hommage avant le début du match.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont, était aussi présent. En entrevue, il a souligné à quel point le décès de Francis Perron a fortement ébranlé la communauté universitaire. C'est d'une tristesse infinie. Tout le monde est bouleversé, a-t-il dit. La vie continue, la communauté continue, mais ça a marqué vraiment tout le monde sur le campus.

Dimanche dernier, l’équipe des Gee-Gees avait foulé le terrain à l’Université Queen’s. Ses joueurs se sont inclinés face aux Gaels après avoir rendu un hommage à Francis Perron, qui portait le numéro 99 pour une cinquième saison.

Le jeune homme de 25 ans, qui poursuivait des études en génie mécanique, est décédé subitement peu après un match disputé à Toronto.

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a porté une attention particulière aux activités entourant le match Panda, samedi.

Par le passé, la foule a eu tendance à se rassembler, dans la foulée de l'événement annuel, dans les secteurs de la Côte-de-Sable, le Vieil Ottawa-Sud, le Glebe ainsi que les environs de la Place TD, au parc Lansdowne.

En 2020, aucun match Panda n'a été disputé en raison de la pandémie de COVID-19. Le retour de l'événement, samedi, s'est déroulé sans grabuge, mais des festivités ont dégénéré, par après.

Avec les informations de Catherine Morasse et de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !