•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le BEI enquête sur la mort d’un homme lors d’une intervention de la SQ à Valleyfield

Un véhicule de la SQ devant une maison, autour de laquelle un périmètre de sécurité a été érigé.

Les policiers de la SQ auraient tenté de négocier avec l’homme de 40 ans qui se trouvait à l’intérieur d’une maison dans la rue Jacques-Cartier.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Wagner

Radio-Canada

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a annoncé samedi le déclenchement d’une enquête sur la mort d’un homme lors d’une intervention de Sûreté du Québec (SQ) à Salaberry-de-Valleyfield.

Selon les premières informations communiquées par le BEI, tout a commencé vendredi vers 17 h 56.

Une plaignante aurait communiqué avec les policiers de la SQ se disant inquiète après qu’un proche eut tenu des propos suicidaires. Elle aurait aussi informé la police que l'homme de 40 ans était en possession d'une arme à feu.

Après s’être rendu à une maison dans la rue Jacques-Cartier, où se trouvait l'homme, les policiers ont établi le contact et entamé des négociations. Les échanges se seraient poursuivis jusqu'à environ 22 h 30, heure à laquelle l'homme aurait cessé de communiquer avec les policiers.

Peu après minuit, explique le BEI, une opération Filet, menée généralement dans des situations impliquant une personne barricadée, aurait été déclenchée.

Au petit matin, vers 5 h 58, l'homme aurait été retrouvé inanimé avec une arme à feu à ses côtés. Son décès a par la suite été constaté.

Le BEI précise que cinq enquêteurs ont été dépêchés sur les lieux.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a également été appelé à agir comme service de police de soutien dans cette enquête.

Il fournira deux techniciens en identité judiciaire qui travailleront sous la supervision des enquêteurs, conclut le communiqué du BEI .

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.