•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cri du coeur d’une costumière sherbrookoise pour entreposer des milliers de vêtements

Des centaines de vêtements sont accrochés à des supports.

Guylaine Carrier cherche un endroit pour entreposer des milliers d'accessoires et de costumes.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une costumière de Sherbrooke lance un cri du coeur. Forcée de quitter son costumier actuel, Guylaine Carrier cherche un endroit où entreposer ses milliers de vêtements et accessoires théâtraux.

Mme Carrier est présentement basée au Séminaire de Sherbrooke. Si elle ne trouve pas de local d'ici un peu plus d'un mois, elle craint la disparition d'une ressource essentielle pour les productions culturelles de la région.

Des vêtements d'époque jusqu'aux masques de bals, cette passionnée dit avoir accumulé plus de 4000 items depuis les 15 dernières années. Ceux-ci ont donné vie à l'univers de plusieurs productions théâtrales estriennes. Aujourd'hui, c'est l'univers de la costumière qui menace de s'écrouler.

Je devais quitter au printemps prochain, et là, on m'a appelée pour me dire que j'ai six semaines pour partir parce qu'on va faire des classes dans ce local-ci, raconte-t-elle.

Mme Carrier bénéficiait d'un espace au Séminaire de Sherbrooke grâce à son implication dans le programme d'Arts, lettres et communication profil théâtre de l'établissement. Toutefois, le programme a été aboli l'an dernier et maintenant, la costumière craint de devoir se départir de ses costumes.

Des costumes sont accrochés sur des cintres. Ils sont étiquetés selon l'année de leur confection, allant de 1960 
à 1980.

Certains costumes datent d'il y a plusieurs décennies.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

« Tout ce qui est d'époque n'est pas encore descendu parce que j'ai mal au cœur. »

— Une citation de  Guylaine Carrier, costumière

Ce sont des années et des années de travail qui se retrouvent à être mises en friperie ou ailleurs et on perd toutes ces ressources-là. Donc, on recommence le processus de retourner en magasin, faire des recherches, faire des achats, ajoute la costumière.

Son grand ménage est commencé, mais Guylaine Carrier lance un appel à l'aide pour garder ses trouvailles en sol estrien, dans un lieu abordable.

Je pense qu'il y a vraiment une méconnaissance de la valeur que ça représente d'avoir ça en région, parce que là, quand on cherche des trucs plus spécifiques, on se retrouve à aller vers Montréal ou ailleurs pour des locations.

Une dame parle avec une autre à travers des dizaines de costumes et de bacs contenant des accessoires théâtraux.

Guylaine Carrier a reçu l'aide d'amies pour classer les nombreux vêtements de son costumier.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

« Il faut que ça puisse servir et c'est ça, en fait, mon petit cri du cœur. »

— Une citation de  Guylaine Carrier, costumière

Aux yeux de Mme Carrier, ces items sont bien plus que de simples costumes. Chaque fois qu'on me fait des dons, je ne sais pas, c'est comme une espèce de morceau du patrimoine qu'on me redonne. Là, ça s'en va pour devenir un costume d'Halloween et ça perd l'essence même du vêtement.

« Il y a des histoires dans chacun des morceaux je vous dirais; des gens que j'ai rencontrés, des dons que j'ai reçus.  »

— Une citation de  Guylaine Carrier, costumière

Des solutions en tête

Dans l'espoir de sauver le costumier, la dame a lancé plusieurs perches au sein de la communauté, notamment à la Ville de Sherbrooke, au Conseil de la culture de Sherbrooke ainsi qu'au Bureau estrien de l'audiovisuel et du multimédia. Elle a également visité le couvent des Petites Sœurs de la Sainte-Famille.

Des idées sont dans les cartons, mais le temps presse pour trouver un endroit abordable.

Des boîtes de vêtements sont sur une scène, une dame fait du rangement.

Des boîtes contenant des vêtements et des accessoires ont été entreposées sur la scène de l'auditorium pour être vendues.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

En attendant le dénouement de cette histoire, Guylaine Carrier organise une vente de certains de ses items. L'événement aura lieu ce week-end au théâtre Léonard-Saint-Laurent du Séminaire de Sherbrooke de 9 h à 12 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...