•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À un an des élections, Québec solidaire est en mode « faire des gains »

Gabriel Nadeau-Dubois s'exprime à l'Assemblée nationale en faisant des gestes avec les mains.

Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, à la période de questions à l'Assemblée nationale.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La Presse canadienne

Québec solidaire (QS) pense pouvoir faire des gains aux prochaines élections et cible déjà cinq régions.

Le chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, se rendra dès samedi à Rimouski, dans la région du Bas-Saint-Laurent, pour tenir une assemblée de mobilisation avec des militants.

La circonscription de Rimouski est actuellement représentée par Harold LeBel, anciennement du Parti québécois, mais qui est devenu député indépendant à la suite d'allégations d'agression sexuelle.

D'autres assemblées ayant comme thème Comment gagner auront bientôt lieu dans la région de Montréal, dans la Capitale-Nationale, en Mauricie et en Abitibi-Témiscamingue. Celles-ci seront suivies d'une deuxième ronde d'assemblées de mobilisation plus tard cet automne.

L'idée est de mettre les militants de QS en action et préparer le terrain en vue des élections de 2022, explique en entrevue M. Nadeau-Dubois. Il rappelle que QS avait utilisé la même formule en 2018 et réussi à faire élire dix députés.

« On redémarre la machine électorale à Québec solidaire, explique-t-il. On n'est pas en mode "sauver les meubles", on est en mode "faire des gains". [...] On veut faire des gains importants. »

— Une citation de  Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de Québec solidaire

Par exemple, à Trois-Rivières, il y a une université, un cégep, une jeunesse en mouvement. C'est l'un des endroits où il y a du potentiel, de l'appétit pour Québec solidaire et une envie de se remobiliser, dit-il.

Même chose à Rimouski qui bouillonne, selon lui, notamment en raison de la crise du logement qui frappe très fort.

Il y a des associations étudiantes mobilisées, des comités logement mobilisés [...] il y a des gens mobilisés sur la question de la crise dans les CPE, dit-il.

« Ce sont des endroits où [...] on a des militants, militantes solidaires qui sont déjà actifs. Ce qu'on veut, c'est d'aller les rencontrer dans leurs régions, avec des députés, pour vraiment redémarrer la machine. »

— Une citation de  Gabriel Nadeau-Dubois, chef parlementaire de Québec solidaire

Gabriel Nadeau-Dubois estime que les Québécois veulent qu'on leur présente une autre vision que celle du premier ministre caquiste François Legault. Les idées de QS ont le vent dans les voiles, soutient-il, en s'appuyant sur le fait que la question environnementale n'a jamais été aussi discutée.

Je vois un premier ministre qui, de plus en plus, manque de respect pour tous les gens au Québec qui ne pensent pas comme lui, a-t-il déclaré.

Nous, à Québec solidaire, ce qu'on veut, c'est s'adresser à tous les gens qui ont une vision différente du Québec de celle de François Legault, pour leur dire : "Il existe autre chose".

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !