•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les assouplissements dans les milieux culturel et sportif salués dans la région

Les bancs de la salle J.-Antonio-Thompson à Trois-Rivières.

La salle J.-Antonio-Thompson pourrait recevoir jusqu'à 1045 spectateurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les salles de spectacle, les cinémas et les amphithéâtres où les places sont assignées pourront faire salle comble à compter du 8 octobre prochain au Québec. Ces changements aux mesures sanitaires sont accueillis « avec beaucoup de bonheur » dans la région.

C’est le cas pour Mélanie Brisebois, la directrice des arts de la scène de Culture Trois-Rivières, qui parle d’une magnifique nouvelle.

La salle J.-Antonio-Thompson, par exemple, pourra accueillir jusqu’à 1045 personnes. La capacité était restreinte à 250 spectateurs en 2020 et à 750 depuis les derniers allégements.

Cependant, Mme Brisebois souhaite analyser les détails de l’annonce avant d’effectuer quelque changement que ce soit. Présentement, on se concentre surtout sur la réouverture de nos salles. Comme vous le savez, elles sont fermées depuis 11 mois, alors pour notre part on accueille [la nouvelle] avec grand plaisir, mais on veut vraiment prendre le temps de l’analyser et d’évaluer quels impacts ça va avoir sur nos clients, sur les artistes et sur notre équipe, entre autres de billetterie.

Il faut vraiment évaluer qu’est-ce que ça représente comme charge de travail et s’assurer aussi que les clients vont être satisfaits si on fait des changements.

Une citation de :Mélanie Brisebois, directrice des arts de la scène de Culture Trois-Rivières

Dans l’éventualité où certains clients ne seraient pas à l’aise avec le fait d’avoir des personnes d’une autre bulle à proximité et sans distanciation, la possibilité d’obtenir un remboursement sera maintenue. Mélanie Brisebois précise par contre que la différence aujourd’hui, c’est que les gens ont tous un passeport vaccinal dans la salle et doivent porter un masque en tout temps, même assis. Tout ça, en plus des mesures sanitaires que toute notre équipe d’opération et de conciergerie met en place, dit-elle.

Je pense sincèrement que les gens vont se sentir en sécurité.

Une citation de :Mélanie Brisebois, directrice des arts de la scène de Culture Trois-Rivières

Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que des spectacles soient ajoutés aux différentes programmations pour le moment. Les multiples reports des 18 derniers mois ont fait en sorte que la saison automnale de Culture Trois-Rivières est déjà très chargée.

L’organisation invite la population à rester à l’affût, puisque des billets pour des spectacles qui affichaient complet en raison des mesures sanitaires pourraient être mis en vente au cours des prochaines semaines.

Pas de changement à prévoir au cinéma Le Tapis rouge

Ces changements annoncés jeudi par Québec ont eu l’effet d’une surprise pour Joël Côté. Le propriétaire du cinéma Le Tapis rouge, à Trois-Rivières, ne s’attendait pas à autant d’allégements. Mais il manque énormément d’informations, selon lui.

Ce dernier compte maintenir une capacité d’accueil limitée pour permettre aux spectateurs de retirer le masque lors des projections. L’Association des propriétaires de cinéma du Québec est toujours en attente d’une réponse sur cette question, selon Joël Côté.

Pour nous, il n’est pas question d’augmenter la capacité à 100 % de nos salles en obligeant le masque en tout temps. On préfère avoir des salles qui ne sont pas pleines, mais pouvoir visionner un film sans masque. C’est notre position, mais il manque beaucoup d’informations.

Joël Côté, copropriétaire du cinéma Le Tapis rouge à Trois-Rivières.

Joël Côté, copropriétaire du cinéma Le Tapis rouge à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jef Fortier

Le propriétaire constate que plusieurs personnes ont décidé de faire un retour dans les salles de cinéma en raison de la possibilité de retirer le masque lorsqu’un banc est laissé libre entre chaque bulle familiale.

Dans le cas d’une salle de cinéma, c’est différent d’une salle de spectacle. C’est très rare qu’on atteint les capacités à 100 %, même en temps normal, avant la pandémie. Parce qu’on a plusieurs représentations du même film à chaque jour. Alors pour nous, c’est quand même rentable actuellement la façon dont on fonctionne et moi je trouve que ça donne confiance aux gens de revenir ensemble en salle sachant qu’il y a un banc de chaque côté avec les autres, plaide-t-il.

Soupir de soulagement dans le milieu sportif

Alors que s’ouvre la saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), la nouvelle est accueillie avec soulagement. L’an dernier, la saison avait été marquée par l’absence de spectateurs et la mise en place d’environnements protégés pour la tenue de parties.

Quelle belle nouvelle! On est très très heureux, on ne peut pas avoir autre chose qu’un grand sourire, lance le président des Cataractes de Shawinigan, Roger Lavergne.

L'extérieur de l'aréna.

Le Centre Gervais Auto, à Shawinigan (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

L’organisation se préparait déjà à recevoir 2000 partisans au Centre Gervais Auto. Faire salle comble, c’était inespéré. L’amphithéâtre pourra donc accueillir 4600 spectateurs à compter du 8 octobre.

On a des partisans de belle qualité à Shawinigan, on est envié par plusieurs équipes d’avoir des partisans de cette qualité-là et c’est avec grand bonheur qu’on va retrouver nos gens.

Roger Lavergne est d’avis que ce sont les joueurs qui vont surtout en bénéficier, eux qui ont dû jouer à huis clos l’an dernier.

Cette nouvelle fait aussi plaisir au portefeuille de l’organisation qui était dans le rouge, je dirais très foncé, au terme de la précédente saison, rapporte le président de l’équipe. Effectivement, on va probablement écrire des chiffres en bleu, on espère. Déjà qu’on retrouve du hockey et qu’on continue à faire évoluer des joueurs, […] on est déjà très heureux.

Si certains ont fait connaître leur mécontentement sur les réseaux sociaux face à l’obligation de porter le masque en tout temps, M. Lavergne estime qu’il s’agit de cas isolés.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, estime que d’autres allégements pourraient être possibles sous peu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !