•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salles de spectacle ne seront pas nécessairement remplies en Abitibi-Témiscamingue

La salle de spectacle du Théâtre du Cuivre.

La salle de spectacle du Théâtre du Cuivre (archives)

Photo : Radio-Canada / Joël Côté

Les assouplissements annoncés jeudi en ce qui concerne les salles de spectacle avec des places assises sont bien accueillis en Abitibi-Témiscamingue, mais certaines inquiétudes planent toujours.

Dès le 8 octobre, les salles de spectacles, de cinéma et les arénas où il y a des places assignées assises pourront être remplis au maximum de leur capacité.

Les spectateurs seront-ils au rendez-vous?

Au théâtre du Rift, les allègements réjouissent la directrice générale et artistique des arts de la scène, Amélie Cordeau, mais elle craint que le port du masque et le passeport vaccinal obligatoires aient un impact sur les ventes.

C’est sûr que spontanément, on était super contents, ça fait longtemps qu’on attend la jauge pleine, dit-elle.

C’est sûr que ce n’est pas pleinement satisfaisant, parce qu’on sait que les gens sont tannés de porter le masque. Le fait que le masque soit exigé en tout temps pendant le spectacle, ça peut encore rester un frein pour certaines personnes, nuance Amélie Cordeau.

Le Théâtre des Eskers d'Amos.

Le Théâtre des Eskers d'Amos

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Au théâtre des Eskers, on envisage la possibilité de continuer à limiter la capacité d’accueil de la salle en permettant aux gens de s’asseoir sans masque, comme c’est le cas présentement.

Ce ne sont pas tous les spectacles qui sont remplis à pleine capacité. Donc, si les spectacles qui ne remplissent pas à pleine capacité, je peux avoir un banc de libre entre chaque bulle et que le monde n’ait pas de masque, c’est sûr que l’expérience va être plus positive et que le monde va avoir le goût de revenir à la salle de spectacle, souligne le chef de division du théâtre des Eskers à Amos, Mathieu Larochelle.

Il compte d’ailleurs demander à la santé publique s’il serait autorisé de donner des spectacles à capacité limitée, mais sans obligation de porter le masque.

À l’aréna Glencore, on se réjouit grandement de pouvoir remplir les sièges dès les matchs du 15 et 16 octobre. Enfin la lumière au bout du tunnel. C’est une excellente nouvelle, assure le directeur des opérations de Huskies de Rouyn-Noranda, Gilles Bérubé.

Que ce soit le passeport vaccinal, la carte d’identité, le masque, c’est officiel qu’il y a plusieurs personnes qui ne viennent pas en salle pour ça.

Une citation de :Amélie Cordeau, directrice du Rift

Du côté de La Sarre aussi, les assouplissements sont reçus avec joie, mais aussi certaines réserves.

On est bien content de ça. Par contre, on va voir la réaction des gens au port du masque en tout temps, note la directrice de la culture, du patrimoine et du tourisme à La Sarre, Marie-Luce Doré.

D’autres inquiétudes

La réorganisation de la billetterie représente un défi pour bien des salles. Les billets avaient été vendus selon le nombre de places limitées, mais on pourra maintenant en vendre d’autres pour accueillir plus de personnes dans la salle.

Au théâtre du Cuivre, le directeur Jacques Matte rappelle qu’il devra attendre toutes les spécifications de la santé publique avant d’effectuer des modifications.

Ça va nous prendre un certain délai, dit-il. À l’heure actuelle, on vendait avec l’ancienne manière de faire les choses, c’est-à-dire qu’on laisse un banc de libre entre chaque bulle familiale. Comment on peut finalement remettre du monde dans la salle? Il y a une gestion administrative à faire au niveau de la billetterie.

Présentement, le théâtre du Cuivre accueille 450 spectateurs, alors que la salle permet d’en recevoir 700.

S’adapter aux nouvelles mesures ne semble pas trop inquiéter à l’aréna Glencore.

Ça nous avait occasionné beaucoup de travail pour les deux premiers matchs [le 1er et 2 octobre], mais on est content de faire ça, ce n’est pas grave, rapporte Gilles Bérubé, ajoutant qu’on a dû faire appel à des amis et des connaissances pour gérer les entrées lors des premières parties.

Les nouvelles mesures s’appliquent également pour les événements à l’extérieur où les participants seront assis, pour les assemblées, les réunions et les conférences, entre autres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !