•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAT offrira des formations afin d’apprendre à mieux connaître les Premières Nations

Le Pavillon des Premiers-Peuples de l'UQAT à Val-d'Or.

Le Pavillon des Premiers-Peuples de l'UQAT, à Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

À l'occasion de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) annonce qu'elle offrira gratuitement des formations sur les réalités autochtones aux employés et aux personnes affiliées aux organismes communautaires de la région.

L'activité, offerte en classe virtuelle, se tiendra en français le 18 novembre et en anglais le 26 novembre.

Selon Julie-Anne Bérubé, chargée de projet au service de la formation continue de l'UQAT, l'initiative a pour objectif de s'attaquer à la méconnaissance répandue de l'histoire autochtone et de mieux outiller les acteurs du milieu communautaire qui interviennent auprès des Premières Nations.

Ça a été un des constats de la commission Viens, la méconnaissance généralisée. Comme les OBNL [organismes à but non lucratif] ont souvent moins de moyens pour suivre des formations, on souhaitait vraiment offrir la possibilité à ces gens-là de suivre la formation, car souvent, ce sont des gens de terrain qui sont vraiment en lien avec les populations autochtones, affirme Mme Bérubé.

Au cours de l'automne, l'UQAT rendra également disponible pour le grand public la formation Autochtones 101 : Nita kikenimicinam, qui signifie en algonquin apprends à nous connaître.

On voulait s’assurer de couvrir la base au niveau historique. On a quelqu’un de chacune des 11 nations qui parle de sa nation; les droits ancestraux, ce que ça veut dire. C’est aussi de s’outiller par rapport à la sécurisation culturelle, les appels à l’action des différentes commissions d'enquête. On parle de communautés, on parle de milieux urbains et de richesses culturelles, donc on vient vraiment couvrir un éventail d’informations dans cette formation-là, souligne Julie-Anne Bérubé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !