•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le futur, c’est maintenant pour Tegan Shaver d’Unigym Gatineau

Une jeune adolescente prend la pose devant les appareils de son club.

La jeune gymnaste Tegan Shaver

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Chaque saut effectué par la jeune gymnaste Tegan Shaver la rapproche de l’équipe nationale canadienne. L’adolescente de 14 ans, qui s’entraîne chez Unigym Gatineau, cogne de plus en plus à la porte de Gymnastique Canada.

Elle a récemment participé à un autre camp NextGen où les entraîneurs nationaux l’ont à l'œil.

C’est une des plus jeunes athlètes au Canada qui a un aussi gros contenu gymnique. Elle se démarque grandement, explique Geneviève Champagne qui la dirige à Gatineau.

Il n’y a qu’elle et une autre athlète qui tentent le Yurchenko vrille et demie au saut. Au sol, la hauteur et la difficulté de ses mouvements la placent dans une classe à part. C’est assez rare de voir cette qualité-là dans les sauts d’une gymnaste de son âge. On est en train de peaufiner l’exécution et la présentation en compétition, précise Champagne.

Une entraîneuse et une jeune athlète discutent pendant un entraînement de gymnastique.

L'entraîneuse Geneviève Champagne (à gauche) en compagnie de la gymnaste Tegan Shaver

Photo : Gracieuseté de Geneviève Champagne

La jeune Shaver a la chance de peaufiner ces aspects de sa discipline sous les yeux attentifs des entraîneurs nationaux aux différents camps de Gymnastique Canada. Elle peut aussi compter sur les meilleures athlètes du pays pour avancer.

Avec les autres filles sur l’équipe nationale, c’est toujours "go, go, go"! C’est plus de pression et on se fait pousser par ces athlètes, raconte la jeune fille timide, en anglais.

Shaver apprécie ces moments au plus haut niveau qui lui font réaliser qu’elle est tout près d’atteindre son but d’être avec les meilleures de façon permanente. Elle a d’ailleurs remporté l’épreuve junior du saut aux championnats canadiens, le printemps dernier.

Une jeune femme s'entraîne à la poutre dans un club de gymnastique.

Tegan Shaver participe aux camps NextGen de Gymnastique Canada et pourrait bientôt accéder à l'équipe nationale.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Je ne suis pas encore tout à fait au même niveau, même je suis presque aussi bonne. Je dois seulement travailler sur ma constance, ajoute Shaver.

« La constance va venir avec l'entraînement. Participer aux camps de l’équipe nationale aide ma motivation. »

— Une citation de  Tegan Shaver, championne junior canadienne au saut

Toute la progression de la jeune athlète lui permet, de même qu’à son entourage, de rêver aux Jeux olympiques de Paris, en 2024.

C’est notre objectif, c'est son plan de carrière, tout tourne autour de ça. Maintenant, certains athlètes plus vieux se permettent deux cycles olympiques, alors si ça ne marche pas, on vise 2028. Mais toute notre planification se fait autour de 2023 et 2024, affirme son entraîneuse.

La jeune fille en est bien consciente, même si elle ne le crie pas sur tous les toits. C’est mon objectif, c’est certain. Les camps de Gymnastique Canada m’aident à m’améliorer pour y aller, dit la jeune fille, avec sa toute petite voix.

Une jeune athlète gênée, toute menue et légère, qui ressemble toutefois à un lion quand elle s’élance sur les appareils de gymnastique de son club, au Centre sportif de Gatineau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !