•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salles de spectacle pourront remplir tous leurs sièges dès le 8 octobre

Le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec, aux côtés du ministre de la Santé et des services sociaux, Christian Dubé, et de la ministre de la Culture, Nathalie Roy.

Le gouvernement du Québec a annoncé des assouplissements pour les salles de spectacle où les places sont assises.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada
|

Satisfait de la situation épidémiologique et de « l'excellent » taux de vaccination, le gouvernement Legault a annoncé jeudi que les salles de spectacle où les places sont assignées pourront être complètement remplies à compter du 8 octobre.

Ces modifications, qui découlent de nouvelles recommandations de la santé publique, touchent autant les salles de spectacle que les cinémas et les événements sportifs où les spectateurs se voient attribuer une place assise.

Les deux conditions qui doivent impérativement être respectées sont les suivantes : avoir sa preuve vaccinale et porter un masque en tout temps, a résumé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

« Le port du masque obligatoire dans ces lieux-là est une voie de passage pour pouvoir remplir nos salles à pleine capacité. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Les plateaux de tournage pourront aussi accueillir des membres du public en vertu des mêmes normes que les salles de spectacle, a pour sa part précisé la ministre de la Culture, Nathalie Roy.

Il ne sera plus nécessaire de laisser un siège de distance entre les spectateurs et les bulles familiales n'existeront plus, a-t-elle ajouté.

Pour les événements extérieurs avec places assises, la limite de spectateurs sera levée et les sections qui séparaient la foule disparaîtront.

Ces assouplissements aux mesures sanitaires permettront de revivre avec beaucoup d'émotion l'énergie d'une salle de spectacle pleine, ce qui ne s'est pas vu depuis plus de 19 mois, a déclaré la ministre Roy.

Selon les plus récentes données du ministère de la Santé et des Services sociaux, les éclosions recensées dans les activités et événements représentent seulement 3 % des éclosions actives dans toute la province.

Plus d'artistes autorisés sur scène

Les congrès, les conférences, les assemblées, les réunions et les cérémonies de remise de diplômes pourront aussi profiter de ces allègements. Le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que le passeport vaccinal sera exigé si la limite de 250 personnes est dépassée à l'intérieur. Si ces événements ont lieu à l'extérieur et accueillent moins de 250 participants, une distanciation d'un mètre entre chaque personne devra être respectée. Le masque pourra être retiré seulement une fois assis.

Les orchestres, les harmonies et les chorales pourront augmenter le nombre de musiciens et de chanteurs sur scène. La limite, jusque-là fixée à 25, passera à 100 personnes. Les participants qui chantent ou qui jouent d'un instrument à vent devront maintenir une distance de 2 mètres; les autres pourront se tenir à 1 mètre de distance.

Jusqu'ici, les salles de spectacle, les amphithéâtres et les stades intérieurs où les places sont assignées devaient se limiter à accueillir 7500 spectateurs. Ceux-ci étaient divisés en sections indépendantes de 500 personnes pour éviter la multiplication des contacts.

Les installations extérieures où des spectacles avec places assises sont organisés pouvaient accueillir un maximum de 15 000 personnes divisées en sections indépendantes de 500 spectateurs.

Les festivals et les événements extérieurs de grande envergure où les spectateurs n'ont pas de place assignée peuvent toujours avoir lieu, à condition de diviser la foule en sections de 500 personnes.

« Il ne faut pas crier victoire »

Interrogé sur le maintien des restrictions dans les résidences privées, où la limite est toujours fixée à un maximum de 10 personnes autorisées à se réunir, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, a répondu que le risque de transmission y est jugé plus élevé.

Citant l'exemple des bars et des restaurants, où la « transmission est démontrée et reconnue », le Dr Arruda a expliqué que le niveau d'interactions n'était pas le même dans une salle de spectacle. Qui plus est, on y exige le port du masque et une double vaccination, ce qui n'est pas le cas dans les résidences, a-t-il rappelé.

Actuellement, il est trop tôt, a-t-il déclaré. Mais est-ce que ça va venir? Oui.

« Si on augmente partout les contacts, on pourrait perdre le contrôle. »

— Une citation de  Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec

Il ne faut pas crier victoire, a rappelé de son côté le ministre Dubé, qui invite les Québécois à la prudence. On n'est pas dans une série d'allègements dans les prochains jours, là, a-t-il ajouté.

Bien que septembre ait été, contre toute attente, une « belle réussite », le mois d'octobre représentera son lot de défis, a-t-il poursuivi. Son ministère s'attend à une augmentation des contacts à l'intérieur au fur et à mesure que la température se refroidira.

En fonction de l'évolution de la situation épidémiologique, les mesures annoncées jeudi pourraient être révisées, a prévenu M. Dubé.

Des allègements bien accueillis

Il était vraiment temps de revenir en contact avec le public, a réagi jeudi Yannick Nézet-Séguin, le directeur artistique et chef principal de l’Orchestre métropolitain.

Le même soupir de soulagement s'est fait entendre du côté des organisateurs, qui se désolent de voir les groupes aller en tournée partout, sauf au Québec, en raison des restrictions sanitaires en vigueur.

Avec l'annonce du gouvernement, on va être capables de continuer à négocier avec les promoteurs, les agents de spectacles, et peut-être que, dans les prochains jours et prochaines semaines, d'annoncer de beaux spectacles pour 2022, a déclaré Martin Tremblay, chef de l'exploitation chez Québecor Groupe Sports et divertissement.

Le Groupe CH s'est dit « très heureux de l'annonce », tandis que le Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI) s'est dit de son côté déçu, indiquant qu'il aurait préféré que les changements aillent plus loin.

Resserrement dans les écoles à compter de lundi

En milieu scolaire, où la santé publique enregistre près de 42 % de toutes les éclosions actives de la province, le gouvernement serrera la vis.

À compter du 4 octobre, le port du masque sera imposé aux élèves du primaire dans les cours d'éducation physique, si la distanciation de deux mètres ne peut être maintenue.

Les enfants du préscolaire, qui ont de 4 à 5 ans, devront aussi porter le masque lors du transport scolaire.

Les régions concernées par ces nouvelles restrictions sont Montréal, la Montérégie, Laval, les Laurentides, Lanaudière, l'Estrie, l'Outaouais, la Mauricie, le Centre-du-Québec et quatre MRC de Chaudière-Appalaches.

Dans les dernières 24 heures, la majeure partie des 655 nouveaux cas de COVID-19 comptabilisés par la santé publique ont été recensés auprès de Québécois qui n'étaient pas adéquatement vaccinés.

À ce jour, 85,4 % des Québécois de plus de 12 ans sont considérés comme adéquatement vaccinés par la santé publique.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !