•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Holness et Desjardins fusionnent leurs deux partis à Montréal

Les deux hommes feront finalement campagne sous la bannière de Mouvement Montréal.

Marc-Antoine Desjardins et Balarama Holness.

Marc-Antoine Desjardins et Balarama Holness unissent leurs forces en vue du scrutin du 7 novembre.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Il était minuit moins une, mais une « troisième voie » claire se dessine maintenant en vue des élections municipales du 7 novembre prochain à Montréal.

Les candidats à la mairie Balarama Holness, de Mouvement Montréal, et Marc-Antoine Desjardins, de Ralliement pour Montréal, ont annoncé jeudi matin la fusion de leurs partis, à 24 heures de la fin de la période de mise en candidature.

Les deux hommes feront finalement campagne sous la bannière de Mouvement Montréal, qui avait jusqu'ici officialisé trois fois plus de candidatures que Ralliement pour Montréal.

C'est d'ailleurs pour cette raison que le parti de Marc-Antoine Desjardins a accepté de se rallier à celui de Balarama Holness, et non l'inverse. Ce n'est pas une question d'ego, a assuré M. Desjardins en point de presse.

Balarama Holness demeurera candidat à la mairie de Montréal. Quant à Marc-Antoine Desjardins, nos sources nous précisent qu'il briguera finalement celle de l'arrondissement d'Outremont. En cas de victoire, ce dernier serait nommé comaire de Montréal et siégerait à ce titre au comité exécutif, explique-t-on.

Un « ménage » des candidatures sera nécessaire

Les autres candidatures des deux formations politiques seront maillées, ont annoncé MM. Holness et Desjardins jeudi matin devant l'édifice Lucien-Saulnier, où siège actuellement l'Hôtel de Ville de Montréal. Ainsi, certaines de ces candidatures seront retirées, d'autres seront déplacées.

Jusqu'ici, 46 candidatures rattachées à Mouvement Montréal avaient été officialisées par Élections Montréal, contre seulement 17 dans le cas de Ralliement pour Montréal.

Cinq postes électifs étaient convoités par des candidats issus des deux partis, soit les sièges de maire d'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, de conseiller de la ville dans les districts de Sainte-Marie, Hochelaga et Parc-Extension, ainsi que celui de conseiller d'arrondissement de Saint-Léonard-Est.

En tout, le « nouveau parti » de MM. Holness et Desjardins pense pouvoir présenter 65 candidats sur 103 postes électifs en jeu. La période de mise en candidature prend fin vendredi à 16 h 30.

C'est la perspective de gagner – winning, en anglais – qui a finalement convaincu les deux hommes de former une alliance en vue du scrutin du 7 novembre, ont-ils candidement admis, jeudi.

Une pancarte de Mme Issa.

Idil Issa, qui tentera de se faire élire comme conseillère de la ville dans le district Peter-McGill, a accepté d'être la colistière de Balarama Holness. Ainsi, elle pourra lui céder sa place si elle est élue et que son chef, lui, échoue à devenir maire de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Mouvement Montréal et Ralliement pour Montréal devront par ailleurs travailler à fusionner leurs programmes politiques rapidement.

Questionnés à plusieurs reprises sur le défi que représente une telle opération, Marc-Antoine Desjardins et Balarama Holness n'ont pas voulu se commettre sur leurs divergences, jeudi.

Cela dit, M. Desjardins a déclaré que M. Holness et lui étaient d'accord sur plus de 95 % des sujets. Pour le reste, il leur faudra négocier et trouver des points de convergence.

Selon Balarama Holness, le mariage entre sa formation et celle de Marc-Antoine Desjardins est digne d’une réconciliation.

« Aujourd’hui, c’est la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, et il y a beaucoup de questions sur ce qui nous divise. Et c’est ça qu’on veut faire aujourd’hui : montrer qu’on peut se réconcilier. »

— Une citation de  Balarama Holness, candidat à la mairie pour Mouvement Montréal

M. Desjardins a notamment assuré jeudi que l'article 1 de la Charte de la Ville de Montréal, qui précise que Montréal est une ville de langue française, ne sera pas modifié si Mouvement Montréal est porté au pouvoir cet automne.

Le 24 juin dernier, soit le jour de la fête nationale du Québec, Balarama Holness s'était pourtant engagé à faire de Montréal une ville officiellement bilingue en cas de victoire le 7 novembre au soir.

Candidats en 2017

Balarama Holness, un ancien joueur des Alouettes de Montréal, avait il y a quatre ans brigué la mairie de l’arrondissement de Montréal-Nord pour Projet Montréal. Défait, il avait ensuite fortement critiqué le parti, lui reprochant de ne pas lui avoir accordé les ressources nécessaires pour faire campagne.

Au cours des quatre années qui ont suivi, M. Holness a milité pour faire en sorte que se tienne une consultation publique de l’OCPM sur le racisme systémique à Montréal. Son parti, Mouvement Montréal, a notamment recruté Robert Samoszewski, un conseiller sortant de l’arrondissement de L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève.

Marc-Antoine Desjardins avait pour sa part échoué à se faire élire en 2017 dans Jeanne-Mance avec l’équipe de Denis Coderre. Il avait ensuite brigué la mairie du Plateau-Mont-Royal sous la bannière du parti Vrai changement lors de l'élection partielle ayant suivi le départ de Luc Ferrandez, et avait terminé troisième avec environ 15 % des voix.

En vue des élections de 2021, M. Desjardins a notamment recruté Jean-François Cloutier (un ex-conseiller lachinois), Lili-Anne Tremblay (une conseillère de Saint-Léonard écartée par Denis Coderre) et Patricia Tulasne (comédienne, militante et porte-parole du regroupement Les Courageuses).

En point de presse, M. Desjardins a assuré – tout comme M. Holness – que tous ses candidats étaient à l'aise, voire enthousiastes, à l'idée de voir fusionner Mouvement Montréal et Ralliement pour Montréal.

M. Cloutier prend la pose devant l'édifice Lucien-Saulnier.

Jean-François Cloutier, dont le parti Équité Montréal avait déjà fusionné avec Ralliement pour Montréal, fera finalement campagne dans Lachine sous la bannière de Mouvement Montréal. Il confirme avoir appris la nouvelle jeudi matin.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Un sondage Léger publié la semaine dernière dans Le Devoir accordait 8 % des intentions de vote à Balarama Holness (15 % chez les non-francophones) et 5 % à Marc-Antoine Desjardins.

Le coup de sonde, réalisé sur le web auprès de 500 Montréalais du 14 au 19 septembre dernier, ne comportait pas de marge d’erreur. Mais à titre de comparaison, celle d’un sondage téléphonique de la même ampleur aurait été de 4,4 %.

Plante et Coderre restent calmes

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, et le chef d'Ensemble Montréal, Denis Coderre, n'ont pas voulu accorder trop d'importance, jeudi, à la fusion des troisième et quatrième partis montréalais.

La mairesse sortante a dit avoir confiance dans la capacité des Montréalais à reconnaître que ses mesures sont les plus crédibles, les plus sérieuses.

Depuis le début de la campagne, nos propositions sont chiffrées, il y a un échéancier, il y a une logique, une vision, et j'ai confiance que les Montréalais et les Montréalaises vont voir que Projet Montréal est le seul parti progressiste pragmatique capable livrer la marchandise, a-t-elle déclaré.

Denis Coderre, pour sa part, s'est montré un peu plus incisif, soulignant qu'il y en a un [Balarama Holness] qui est pour un Montréal bilingue, l'autre [Marc-Antoine Desjardins] qui est pour un Montréal français.

Je ne suis pas là pour parler d'eux autres, mais ce que je constate, c'est que, oui, vous avez maintenant deux partis qui sont pour le désarmement et pour le définancement [de la police], a-t-il poursuivi, faisant référence aux programmes de Mouvement Montréal et de Projet Montréal en matière de sécurité.

Balarama Holness et Marc-Antoine Desjardins devaient – tout comme Valérie Plante et Denis Coderre – prendre la parole dans le cadre d'un événement organisé jeudi soir par Les amis de la montagne. Finalement, seul M. Holness participera aux échanges, a fait savoir l'organisation au cours de la journée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !