•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’accusé d’un triple meurtre blâme la pharmacopsychose

Un dessin montrant Cory Fenn tenant un dictionnaire au banc des accusés de la Cour supérieure d'Oshawa.

Cory Fenn est accusé d'avoir tué une femme et ses deux enfants en 2018.

Photo : CBC/Pam Davies

Radio-Canada

Un homme qui fait face à trois accusations de meurtre au deuxième degré a dit à la police qu'il était sous pharmacopsychose causée par de la cocaïne au moment de l'incident.

C’est ce qu’a déclaré Cory Fenn, 33 ans, en cour cette semaine. Celui-ci est accusé en lien avec la mort de trois personnes à Ajax, le 14 mars 2018.

M. Fenn a plaidé non coupable aux accusations liées à la mort de Krassimira Pejcinovski, 39 ans, ainsi que de son fils Roy, 15 ans, et de sa fille Venallia, 13 ans.

La police régionale de Durham a trouvé les trois victimes dans la maison de Mme Pejcinovski après avoir été alertée par un collègue de travail de la mère.

Le corps de Mme Pejcinovski a été retrouvé poignardé dans le garage, tandis que le corps de son fils a été retrouvé dans une chambre avec des marques de strangulation et que sa fille a été retrouvée au sous-sol avec des blessures par balle, indique la police. Elle a été transportée à l'hôpital où elle est décédée.

Roy Pejcinovski, à gauche, et sa jeune sœur Venallia Pejcinovski, à droite.

Les deux jeunes victimes, Roy et Venallia Pejcinoski.

Photo : CBC

Un jour après l'incident, le détective Mark Pillman a interviewé M. Fenn. L’entrevue a été enregistrée sur vidéo. Celle-ci a été diffusée au tribunal mardi et mercredi dans le cadre d'une audience où le juge Howard Leibovich de la Cour supérieure examinera l’admissibilité de l’accusé au procès.

Dans la vidéo, M. Fenn a déclaré que la cocaïne qu'il avait consommée avait commencé à prendre le contrôle de sa vie.

M. Fenn a dit que lui et Mme Pejcinovski consommaient régulièrement dans le sous-sol. Il a affirmé qu’ils avaient des hallucinations.

Ce n'était pas moi, a déclaré M. Fenn dans la vidéo. Je n'aurais jamais, dans mon bon sens, jamais même pensé à faire ça en étant sobre.

L’accusé vivait dans le sous-sol de la maison de Mme Pejcinovski. Au moment où les corps ont été découverts par la police, il était introuvable. La fille aînée de Mme Pejcinovski, Victoria, n'était pas à la maison à ce moment-là et a été retrouvée plus tard et en sécurité.

M. Fenn a été localisé par la police plus tard dans la journée dans une remise derrière une maison à Oshawa. Au cours d'une altercation avec le policier qui l'a arrêté, il a reçu des coupures et des contusions au visage.

Il a ensuite été emmené au poste de police où ses vêtements ont été saisis pour servir de preuves avant que la police ne le transporte à l'hôpital.

Le procès avait été retardé en raison de la pandémie de COVID-19, mais a repris ce mois-ci à Oshawa.

M. Fenn assure sa propre défense dans ce procès qui se déroule devant un juge seul, bien que son ancienne avocate, Mary Cremer, ait été mise à disposition pour mener un contre-interrogatoire en son nom.

Il portait un chandail gris et un pantalon cargo noir au tribunal mercredi, les cheveux en chignon sur le dessus de la tête et la barbe attachée avec une cravate blanche. Il a demandé un exemplaire du Code criminel et un dictionnaire, qu'il a laissés ouverts sur ses genoux alors qu'il était assis dans le box des accusés.

M. Fenn était au chômage depuis novembre 2017, date à laquelle sa consommation de cocaïne s'est intensifiée, selon le tribunal.

Dans l'entretien enregistré avec le détective Pillman, M. Fenn décrit les effets de la cocaïne sur son esprit.

On se transforme en une personne complètement différente. On ne vit pas dans la réalité, dit-il à M. Pillman.

Le détective demande à M. Fenn s'il se souvient avoir tué les victimes, ce à quoi il répond : Je me souviens de petits bouts, j’ai des flashbacks.

Quand on lui demande ce qui l'a poussé à étrangler Mme Pejcinovski dans le garage, M. Fenn répond : je ne sais pas ce qui a commencé. C'est cette putain de cocaïne qui a commencé.

Le procès reprend vendredi.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !