•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les fumeurs ont jusqu’à 80 % plus de risques d’être hospitalisés

Ils ont aussi plus de risques d’en mourir que les non-fumeurs.

Une main tenant une cigarette allumée.

Les fumeurs ont de 60 à 80 % plus de risques d'être hospitalisés pour la COVID-19, et ont aussi plus de risques d’en mourir, montre une étude.

Photo : iStock / vladakela

Radio-Canada

Les risques que pose le tabagisme pour la santé des personnes atteintes de la COVID-19 sont confirmés par une étude exhaustive menée au Royaume-Uni : les fumeurs infectés par le virus présentent de 60 à 80 % plus de risques d'être hospitalisés que les non-fumeurs, et ils ont aussi plus de risques d’être emportés par la maladie.

Ces résultats s’ajoutent à d’autres, publiés récemment, qui montrent aussi les risques que pose la cigarette quant aux perspectives de guérison des malades de la COVID-19. Ils contredisent encore une fois certaines études publiées au début de la pandémie qui laissaient à penser que la nicotine pouvait avoir un effet protecteur contre la maladie.

Une analyse exhaustive

La chercheuse Ashley K. Clift et ses collègues de l’Université d'Oxford ont eu accès aux dossiers médicaux de 421 469 participants regroupés dans l'étude UK Biobank.

Entre janvier et août 2020, pas moins de 1649 (0,4 %) de ces personnes ont été infectées à la COVID-19, 968 (0,2 %) ont été hospitalisées et 444 (0,1 %) en sont mortes. Parmi elles, 13 711 étaient des fumeurs (3,3 %).

L’équipe a épluché leurs résultats aux tests de COVID-19, leurs admissions à l'hôpital et les certificats de décès des participants afin de trouver des associations entre le tabagisme et la gravité des symptômes de la COVID-19.

Les données ont été analysées de deux façons :

  • à l’aide d’une étude observationnelle dans laquelle le lien entre la consommation de tabac et la survenue de la maladie a été étudié;
  • à l’aide d’une étude de randomisation mendélienne dans laquelle le lien entre la prédisposition génétique au tabagisme et la COVID-19 a été examiné. Dans cette étude, le génome de 281 105 participants a été analysé.

Les résultats obtenus à l’aide des deux approches analytiques montrent un effet causal du tabagisme sur le risque de développer une forme grave de la COVID-19, écrivent les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Thorax (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Quelques détails

Les résultats montrent que les personnes ayant une prédisposition génétique à fumer sont cinq fois plus susceptibles d'être hospitalisées pour cette maladie et dix fois plus susceptibles d'en mourir que les non-fumeurs.

Les taux de mortalité sont également étroitement liés à la consommation de tabac. Par exemple, les personnes qui fument entre une et neuf cigarettes par jour sont deux fois plus susceptibles que les non-fumeurs de mourir de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !