•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Explorer le parc interprovincial Cypress Hills en gyropode

Nicole Lavergne Smith debout sur un gyropode

Nicole Lavergne Smith est prête à explorer les sentiers du parc interprovincial Cypress Hills.

Photo : Radio-Canada / Stefan Nenson

Le parc interprovincial Cypress Hills, situé à cheval entre l'Alberta et la Saskatchewan, est un endroit magnifique avec des kilomètres de sentiers à explorer. Afin de le découvrir sous un jour nouveau, la Fureteuse fransaskoise, Nicole Lavergne Smith, a profité de son Défi 40 pour s'y aventurer... en gyropode.


Par un froid matin d’automne, je rencontre le propriétaire de Cypress Hills Segway Tours, Don Glascock.

Don Glascock dans la forêt.

Don Glascock, le propriétaire de Cypress Hills Segway Tours.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

L'idée de fonder cette compagnie lui est venue de ses observations faites au cours de ses nombreux voyages.

Dans plusieurs villes, il remarquait ces étranges machines à deux roues dont se servaient certains touristes.

Il a tout de suite pensé que ce serait une bonne idée d’offrir des visites en gyropodes pour découvrir les Cypress Hills.

Cela fait maintenant quatre ans qu’il a son entreprise et les affaires roulent bien, surtout depuis le début de la pandémie.

Je n'avais jamais vu autant de Saskatchewanais qui n'étaient jamais venus ici, dit-il avec un sourire. C'est trop près de chez eux, je suppose.

Découvrir les Cypress Hills différemment

Lorsque je suis montée pour la première fois sur un gyropode, je devais tout apprendre.

J'étais d'abord surprise de découvrir que l'engin ne se contrôle qu'avec les pieds.

Pour avancer, on doit mettre son poids vers l'avant, comme si on voulait se mettre sur la pointe des orteils. Pour reculer, c'est l'inverse : on appuie avec nos talons.

Si l'on veut rester immobile, on doit trouver l'équilibre entre les deux.

La barre sur laquelle on s'agrippe n'est utilisée que pour tourner.

On pourrait s'imaginer que c'est très difficile, mais ce n'est vraiment pas le cas. C'est un processus très intuitif.

Après un peu de pratique, tout ça devient naturel et on peut profiter des paysages qui nous entourent.

La Fureteuse fransaskoise, Nicole Lavergne Smith, découvre le parc interprovincial de Cypress Hills à l'aide d'un gyropode.

En se tenant sur un gyropode, on est un peu plus élevé que lorsqu'on fait de la simple randonnée. Ça nous permet de poser un regard différent sur ce qui nous entoure.

Photo : Radio-Canada / Stefan Nenson

Le gyropode est très stable et ne basculera pas, même si on pourrait croire que ce serait facile de le faire tomber.

Parcourir les bois sur l'une de ces machines a, pour moi, été une expérience unique.

Avec Don Glascock, j'ai pu apercevoir de nombreux chevreuils. Nous nous sommes même arrêtés en chemin pour me permettre d'en apprendre davantage sur les différentes plantes du parc.

Comme quoi il existe 1001 façons de profiter des grands espaces que possède la Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !