•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : on ne doit pas surestimer les ressources de l’armée, dit Jason Kenney

Un travailleur de la santé dans un hôpital surveille une machine.

Les unités de soins intensifs en Alberta débordent.

Photo : (Evan Mitsui/CBC)

L’Alberta évalue toujours si elle aura besoin de l’aide de l’armée, a déclaré le premier ministre albertain Jason Kenney, en conférence de presse mardi.

Questionné concernant la raison pour laquelle l’Alberta n’a toujours pas accepté l’aide des Forces armées canadiennes pour aider ses hôpitaux, Jason Kenney affirme que la province doit avoir des attentes réalistes par rapport aux ressources médicales de l’armée.

Les Forces armées canadiennes [...] n’ont qu’une très petite quantité de personnel médical, soutient-il.

Il fait remarquer que pendant la pandémie, l’armée a surtout apporté son soutien dans les centres de soins de longue durée, en déployant des réservistes pour effectuer des tâches d’aides-soignants de base.

Ce n’est pas de cela que nous avons besoin. L’Alberta a surtout besoin d’infirmières spécialisées en soins intensifs, précise-t-il.

Il ajoute que son gouvernement est en contact avec les Forces armées canadiennes pour évaluer les ressources qu’elles pourraient offrir à la province.

Aux dernières nouvelles, il pourrait s’agir d’une dizaine de personnes, ce qui correspond à deux lits.

Une citation de :Jason Kenney, premier ministre albertain

Jason Kenney ajoute s’être également entretenu avec le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, au cas où la situation dans les hôpitaux s'aggraverait au cours des prochaines semaines.

Si Terre-Neuve a du personnel à partager avec nous actuellement, ce serait fantastique. Il y a des pourparlers aujourd’hui entre les fonctionnaires de l’Alberta et de Terre-Neuve à cet égard, dit-il.

Pas de nouvelles mesures pour l’instant

Selon Jason Kenney, le sommet de la quatrième vague pourrait avoir lieu à la fin du mois d’octobre et que dans le pire des cas, tous les 380 lits de soins intensifs dont la province dispose actuellement seraient occupés.

Malgré tout, le gouvernement dit qu’il ne mettra pas en œuvre de nouvelles restrictions sanitaires pour le moment puisqu’il est encore trop tôt pour évaluer l’efficacité des mesures introduites la semaine dernière.

Jason Kenney ajoute que la majorité des personnes atteintes de la COVID-19 et hospitalisées en raison du coronavirus ne sont pas vaccinées et que ces dernières sont les moins susceptibles de suivre les restrictions sanitaires.

Nous avons remarqué une diminution du taux de positivité et des nouveaux cas à Edmonton et Calgary [...] mais les choses se détériorent dans les trois régions rurales, où le taux de vaccination est moins élevé, explique-t-il.

1246 nouveaux cas

Dans son bilan de mardi, l’Alberta a annoncé 1246 nouveaux cas de COVID-19 et 18 décès supplémentaires. La province compte 20 513 infections actives..

Actuellement, 1100 personnes sont hospitalisées dans la province en raison de la COVID-19, dont 263 aux soins intensifs.

Taux de mortalité 3 fois plus élevé

Huit jours après l’entrée en vigueur du programme d’exemption des restrictions sanitaires pour les commerces non essentiels, les cas de COVID-19 continuent d’augmenter en Alberta.

Selon les données du gouvernement canadien, le taux de mortalité des Albertains en raison de la COVID-19 est plus de trois fois plus élevé que dans le reste du pays.

Depuis le 20 septembre, 80 Albertains ont succombé au virus.

À l’échelle nationale, le taux de mortalité moyen de la COVID-19 au cours des 7 derniers jours est de 0,7 décès par 100 000 habitants, selon le gouvernement canadien.

La moyenne albertaine, elle, se situe à 2,3 morts par 100 000 habitants, contre 2,6 en Saskatchewan.

Au cours des 14 derniers jours, la moyenne nationale était de 1,2, contre 4,1 pour l’Alberta et 4,0 pour la Saskatchewan.

Jusqu’à maintenant, 2663 personnes ont succombé à la maladie depuis le début de la pandémie en Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !