•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Autochtone raconte avoir été attaquée par un chauffeur de taxi à Winnipeg

Serenity Morriseau montre ses mains dans une photo prise à l'extérieur.

Serenity Morriseau, une Autochtone, raconte avoir été obligée de griffer profondément au front, avec ses ongles, un chauffeur de taxi qu'elle accuse de l'avoir attaquée pendant une course.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

Une jeune femme autochtone de 19 ans raconte avoir été attaquée par un chauffeur de taxi et embarrée dans sa voiture, alors que le conducteur roulait à vive allure dimanche matin. Elle dit avoir été blessée et porte des ecchymoses et des égratignures.

Serenity Morriseau explique que le chauffeur d’Unicity Taxi a aussi laissé ses amies au milieu de la rue pendant l'incident.

Je ne sais pas où j’aurais pu atterrir. Je ne sais pas où il m’amenait, raconte-t-elle lors d’une conférence de presse dans les locaux de l’Assemblée des chefs du Manitoba.

L'incident en détail

Les événements auraient débuté à un feu rouge à l’angle de l’avenue Portage et de la rue Carlton vers une heure du matin. Le passager et le chauffeur d’un autre taxi croisé auraient crié aux jeunes femmes d’aller faire la fête avec eux. Un commentaire qui aurait été pris comme une blague par les passagères de la voiture dans laquelle prenait place Serenity Morriseau.

Or, leur chauffeur de taxi aurait aussi suggéré la chose, ce que Mme Morriseau n’aurait pas apprécié. Elle aurait dit au chauffeur qu’il ne devrait pas tenir ces propos sans connaître leur âge. Ses amies ont 18 et 20 ans.

Vous êtes censé être responsable de notre sécurité lorsque nous sommes dans votre taxi, a-t-elle dit au chauffeur, ce qui a beaucoup énervé ce dernier, selon les récits de la jeune femme. 

Elle note que c’est à ce moment que la scène a dégénéré. Il aurait crié sur les passagères à l’angle Portage Arlington. Mme Morriseau n’aurait pas réussi à sortir du véhicule à ce moment comme ses amies. C’est alors que le conducteur du taxi sorti du véhicule aurait asséné des coups de poing à Mme Morrisseau, alors que sa fenêtre était baissée.

Ses amies ont tenté d’empêcher le taxi de repartir, mais elles ont été repoussées par la portière du chauffeur qui serait parti à vive allure.

La jeune femme raconte que le conducteur avait barré les portes de la voiture pendant qu’elle criait à l’aide. Elle ajoute l’avoir griffé au front avec ses ongles à ce moment-là.

Une vidéo de l’affrontement circule sur les médias sociaux. Un cycliste et deux personnes dans une voiture ont suivi le taxi jusqu’à ce qu’il s’arrête et ils se sont portés au secours de Serenity Morriseau. Ils ont appelé le 911.

La sécurité des Autochtones

L'Assemblée des chefs du Manitoba indique que la conférence de presse, au cours de laquelle Mme Morrisseau a pris la parole, a été organisée pour sensibiliser la population aux préoccupations des Premières Nations en matière de sécurité dans les taxis.

Trop souvent, les membres des Premières Nations sont ciblés et attaqués dans des taxis. Malheureusement, ces histoires sont rarement entendues par le public, affirme l’AMC dans un communiqué de presse.

Le directeur général d’Unicity, Satwinder Shahi, soutient que les vidéos de l’intérieur du taxi, téléchargées pour la police, montreront que c’est le chauffeur qui a été attaqué.

Il essayait de se sauver des amies de Mme Morriseau, qui l’agressaient, soutient M. Shahi.

Il affirme que le conducteur a immobilisé le véhicule pour laisser sortir Serenity Morriseau dès qu’il a été suffisamment éloigné des deux autres jeunes femmes.

Il ajoute que son chauffeur se sent chanceux d’avoir pu se tirer de l’événement, lui qui porte des contusions et qui avait le chandail déchiré. Depuis les événements il ne travaille pas, ébranlé par la situation.

Satwinder Shahi porte une chemise rouge vin à pois. Il porte un masque noir. Il est photographié à l'extérieur devant une bâtisse en briques rouges.

Satwinder Shahi, directeur général de la compagnie de taxi Unicity affirme que des vidéos ont été envoyées à la police.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

La police annonce qu’elle enquêtait sur l’incident et qu’elle avait rencontré à la fois la jeune femme et le chauffeur de taxi.

Chacun a signalé une agression et ils avaient des blessures visibles, selon un communiqué de la police.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !