•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec forte et fière promet une baisse de taxes pour les commerçants

La rue St-Jean à Québec.

La rue Saint-Jean à Québec (archives)

Photo : iStock

S’il est élu maire de Québec, Bruno Marchand s’engage à offrir une baisse de taxes aux commerçants de la capitale dès la deuxième année de son mandat. Il n'a pas chiffré sa promesse et s'est rapidement attiré les critiques de ses adversaires qui dénoncent son incohérence.

Pour justifier sa proposition, le chef de Québec forte et fière (QFF) cite une récente étude de la firme KPMG commandée par l’administration Labeaume selon laquelle la ville arrive en queue de peloton parmi les grandes villes canadiennes en matière d’impôts fonciers.

Bruno Marchand prévient toutefois qu’il faudra un peu de temps à son administration avant de voir une différence sur les montants à payer puisque le budget de la Ville est déjà presque cadenassé.

On aimerait ça dire dès la première année, je pense que c'est irréaliste. […] On va y travailler pour dès la deuxième année pour que ce soit prévisible pour tous nos entrepreneurs.

Bruno Marchand est candidat à la mairie de Québec.

Bruno Marchand, candidat à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

Conscient que chaque baisse de taxes se traduit en perte de revenus pour la Ville, le chef de QFF revient à la charge avec sa proposition de redevances pour les nouveaux projets immobiliers le long du tracé du tramway.

Cette mesure-là qu'on étudie, si elle rapporte dans les coffres de la Ville de Québec 200 à 300 millions, c'est énorme. Il n'y a aucune source de revenus qui peut être aussi importante. Ce dont on parle, c'est d'aller chercher une source de revenus chez les spéculateurs qui vont de toute façon faire de l'argent.

Il soutient qu’en se privant de ces revenus potentiels, les autres candidats à la mairie mettent en péril la construction d’infrastructures de loisir, comme des parcs et des piscines, dans d’autres quartiers de Québec.

Improvisation et promesse en l’air

Les autres principaux candidats à la mairie de Québec n’ont accordé aucune crédibilité à la promesse de QFF d’offrir une baisse de taxes aux commerçants.

Je ne sais pas comment M. Marchand va gérer éventuellement tout ça. Mais j'ai de la difficulté à suivre, laisse tomber Marie-Josée Savard. C'est sûr qu'il y a un manque à gagner ou il faut couper quelque part. C'est impossible d'offrir les mêmes services en n'ayant pas les mêmes sous à investir.

Quant aux 300 millions de dollars que la Ville entend consacrer au tramway, la candidate souligne qu’aucun projet d’arrondissement n’en souffrira. Marie-Josée Savard souligne que ce type d’investissement est budgété sur plusieurs années, comme ce fût le cas pour le Centre Vidéotron ou le nouveau Centre de glaces.

Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec.

Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

C'est ça une ville, c'est de faire une gestion et de prévoir les investissements. On prévoit nos budgets en fonction des projets d'infrastructure qu'on va mettre sur la table.

Une citation de :Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec

Le chef de Québec 21 crie lui aussi à l’improvisation. Il dénonce la méconnaissance totale des finances publiques et l’incohérence de la nouvelle formation politique.

De lancer ça en l'air, sans le chiffrer, pour moi ça n'a zéro crédibilité, tranche Jean-François Gosselin. Il considère qu'il s'agit d'une la promesse en l’air de la part du chef de QFF.

Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec.

Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

Québec 21 propose de son côté un gel de taxes pour deux ans autant du côté commercial que résidentiel. Jean-François Gosselin évalue que cette proposition coûtera de 14 à 15 millions de dollars par année au trésor public.

Manque de transparence

Chez Démocratie Québec, le chef dénonce plutôt l’opacité dans la gestion des comptes à la Ville de Québec. Selon lui, il est impossible de chiffrer le nombre d’employés à la Ville puisque ceux qui travaillent temporairement sur des projets financés par les autres gouvernements, comme le tramway, ne sont plus considérés comme des employés municipaux.

D’ici à ce qu’il obtienne plus de transparence sur l’état précis des finances publiques, Jean Rousseau ne veut pas s’avancer à promettre un gel ou une baisse de taxe.

Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec.

Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

Il offre toutefois de venir en aide aux commerçants en difficulté en leur permettant de payer la moitié de leurs impôts fonciers sur trois ans. Dans le cas de ma proposition sur le report du paiement des taxes, on a un surplus budgétaire de 122 millions de dollars, on a cette capacité, précise-t-il.

Comme Québec 21 et Équipe Marie-Josée Savard, il ferme lui aussi la porte à toute forme de redevances sur les nouveaux projets immobiliers près du tramway.

Des mesures d’écofiscalité

Le chef de Transition Québec, Jackie Smith, est la seule candidate qui imposerait elle aussi des redevances aux grands projets immobiliers qui profiteraient de la construction du réseau de transport en commun.

Jackie Smith, candidate à la mairie de Québec.

Jackie Smith, candidate à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

En ce qui concerne les impôts fonciers des commerçants, la formation politique entend proposer des mesures d’écofiscalité qui seront détaillées lors d’une annonce à venir. Essentiellement, plus une entreprise réduirait son empreinte environnementale, plus elle pourrait bénéficier d’avantages fiscaux.

Transition Québec voudrait aussi moduler les impôts fonciers à l’avantage des petits commerçants. Les commerces de proximité sont taxés à peu près au même niveau que les grandes surfaces, que les multinationales, donc on veut vraiment encourager une certaine justice pour les commerces de proximité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !