•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lydia Képinski annonce son retour, avec MTL me déteste

Une femme avec des lunettes teintées jaunes croise les bras.

Est-ce que Montréal déteste vraiment Lydia Képinski? La chanteuse se pose la question dans le vidéoclip de sa nouvelle chanson.

Photo : Page Facebook de Lydia Képinski / Gaëlle Leroyer

Charles Rioux

L’autrice-compositrice-interprète Lydia Képinski a dévoilé mardi une nouvelle chanson en prévision de son prochain album, qui sortira en 2022. Dans le vidéoclip de MTL me déteste, la chanteuse s’imagine un univers parallèle où la ville de Montréal au complet la considère avec mépris.

À première vue, ce concept rempli d’autodérision nous laisse en plan avec un gros point d’interrogation. Mais comme l’explique la musicienne, il s’agit de l’extrapolation d’une prise de conscience personnelle : la réalisation que son ex-petit ami la détestait. De cette situation bien réelle a émergé une question théorique et un peu farfelue : si lui me déteste, se pourrait-il que tout le monde en ville me déteste?

Je trouvais ça drôle de penser que je marche dans la rue, que c’est le printemps et que je suis tellement heureuse, avec les lilas en fleur et tout, explique-t-elle en entrevue au téléphone. Mais en même temps, je sais qu’il y a une espèce d’épée de Damoclès au-dessus de moi. Je sais qu’il y a quelqu’un qui me déteste dans cette ville, et que si jamais on se croise, cette personne-là va m’en vouloir d’être aussi heureuse.

Problèmes de communication

Mais pourquoi cette poussée de paranoïa soudaine? La musicienne aurait-elle l’impression que le public la déteste? La question se pose, dans un contexte où les personnalités publiques sont de plus en plus victimes d’un déferlement de haine sur les réseaux sociaux.

Or, il n’en est rien, selon la principale intéressée. Il y a beaucoup de gens qui parlent de haine en ligne, mais moi, ce n’est pas ce que je vis. Les gens en ligne me respectent beaucoup. Je ne sais pas pourquoi, peut-être que je ne suis pas assez connue, affirme-t-elle.

L’idée derrière la chanson est plutôt partie du fait qu’elle n’a pas toujours la langue dans sa poche, et que cela lui occasionne souvent des imbroglios avec son entourage.

Je ne veux pas être méchante avec les gens pour être méchante. Mais ça m’arrive de faire des petites gaffes sociales sans m’en rendre compte, explique-t-elle en toute candeur.

Une ode à Montréal, avec ses hauts et ses bas

La chanson MTL me déteste et son vidéoclip, tourné dans des endroits bien connus du Mile-End, se veut une ode à Montréal, avec ses défauts et ses qualités.

C’est normal d’entretenir une relation amour-haine avec l’urbanité. C’est vraiment agréable pour la densité de population et la culture, mais des fois, il y a tellement de gens que ça devient un peu oppressant.

Un sentiment d’oppression que Lydia Képinski a vécu en tentant d’éviter son ex-copain dans les bars de la ville – en vain – et qu’elle résume bien dans les paroles de sa nouvelle chanson : Montréal, t’es petite comme un cul.

Une tonne de cameos

Le vidéoclip met par ailleurs en scène un nombre impressionnant de personnalités québécoises dans des apparitions éclair, notamment l’animateur de Bonsoir bonsoir!, Jean-Philippe Wauthier, le duo comique Les Pic-Bois, la chanteuse Safia Nolin ou encore l’humoriste et participant mémorable d’Un souper presque parfait Julien Bernatchez (l’inventeur du château de saucisses).

Questionnée sur sa démarche pour rassembler toutes ces personnes pour son clip, la musicienne jure que rien n’a été arrangé avec le gars des vues. C’est juste du monde qu’on a croisé de même par hasard… C’est leur vraie réaction. Considérant l’ironie omniprésente dans le marketing de Lydia Képinski, on se permettra d’en douter.

Lydia Képinski ne nous en a pas dévoilé beaucoup d'informations sur son prochain album, si ce n’est qu’il sera lancé au courant de l’année 2022 et qu’elle a renouvelé sa confiance en Blaise Borboën-Léonard, celui qui avait réalisé son premier album.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !