•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens de Montbeillard souhaitent que leur CLSC demeure ouvert un jour par semaine

Une vingtaine de personnes sont réunies devant le CLCS de Montbeillard aux côtés de la députée Émilise Lessard-Therrien.

Les citoyens du quartier Montbeillard souhaitent éviter la fermeture de leur CLSC.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Des citoyens de Montbeillard se sont mobilisés mardi matin, en compagnie de la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, pour que leur CLSC ne ferme pas complètement ses portes lors de la période de rupture de services.

Ils demandent à ce que le CLSC reste ouvert une journée par semaine.

La fermeture temporaire des points de services CLSC ruraux de Rouyn-Noranda fait partie du plan de contingence du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS-AT).

Rose-Aimée Bourdon-Bujold, qui réside à Montbeillard, rappelle que le CLSC de Montbeillard avait déjà fermé l'automne dernier.

L’année passée, quand le CLSC a fermé, on a eu zéro jour, mais cette année, on se dit qu’au moins si on a les prises de sang ici, et c'est important ça, ça désengorge [l’hôpital de] Rouyn-Noranda, et ça accommode notre monde. Et on y tient!, lance-t-elle.

Une dizaine de citoyens se sont rendus à la conférence de presse pour faire valoir leur demande. Liliane Monderie, qui était devant le CLSC mardi matin, affirme que les services qui y sont offerts sont essentiels.

On a une population qui est vieillissante. On a des gens qui sont à mobilité réduite, des gens qui n’ont plus de voiture pour se déplacer, note-t-elle. Alors c’est beaucoup plus facile d’avoir quelqu’un qui va vous transporter pendant 10 à 15 minutes plutôt que 45 minutes, une heure, pour se rendre en ville.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, dit attendre une rencontre avec le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Ce qu'ils nous disent, c'est qu'ils voulaient attendre d'avoir un plan. Moi, j'ai dit "non, le plan ne doit pas se faire derrière des portes closes de ministère, il doit se faire avec des gens qui connaissent le milieu, en l'occurrence, les députés de la région", souligne-t-elle. Est-ce que ça peut être d’autres personnes, peut-être, mais ça prend des gens qui sont là pour rapporter nos réalités, des réalités spécifiques à l'Abitibi-Témiscamingue.

Le point de service du CLSC de Montbeillard.

Le point de service du CLSC de Montbeillard.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Émilise Lessard-Therrien affirme qu’elle continuera de demander un statut particulier pour la région de l’Abitibi-Témiscamingue en ce qui concerne le réseau de la santé.

Le Centre intégré de santé et services sociaux n'a pas encore indiqué à quelle date la fermeture des CLSC ruraux débutera.

Les citoyens espèrent qu’après, le CLSC rouvrira cinq jours par semaine, comme c’est le cas en ce moment.

Ce que l’on souhaite, c’est que la fermeture ne soit pas trop longue et que ce soit temporaire. Ça, on y tient mordicus, dit Rose-Aimée Bourdon-Bujold.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !