•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça n’arrête jamais » : une zone de transit pour le tramway exaspère des citoyens

Des résidents posent devant des travaux

Un groupe de résidents n'en peut plus des travaux dans le secteur de la Pointe-aux-Lièvres.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Des citoyens n'en peuvent plus du bruit causé par le va-et-vient des camions-bennes et des pelles mécaniques sur le terrain du futur pôle d'échanges dans Saint-Roch. Le chantier de la Pointe-aux-Lièvres sert présentement de zone de déchargement et de tri pour les matériaux d'excavation du chantier de la rue Dorchester en vue de l'arrivée du tramway.

C'est très très dérangeant. C'est éprouvant, confie une résidence du secteur, Florence Boucher Cossette, qui demeure à l'arrière du chantier de construction. Les bruits des camions sont omniprésents, selon elle, depuis le début des travaux, début mai. Ça va de 7 h du matin jusqu'à tard dans l'après-midi. Pour nous, ça n'a pas de fin puisqu'on ne sait pas quand les travaux vont se terminer.

 Florence Boucher Cossette regarde la caméra sur son balcon, près de travaux

Florence Boucher Cossette

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Selon la Ville, les travaux devraient se terminer vers le mois de décembre.

N'empêche, travailleuse autonome à la maison, Mme Boucher Cossette dit avoir de la difficulté à conjuguer avec la situation. On m'a volé ma maison. Je ne peux pas être à la maison 10-11 heures par jour. Je mets mon cadran très tôt le matin.

Pour pallier ces désagréments, la résidente Johanne Pinard a même décidé d'aller dormir chez des proches quelques soirs.

J'ai des amis qui m'accueillent de temps en temps pour passer une nuit, témoigne-t-elle. J’ai été obligé de louer un chalet pour passer une semaine tranquille.

Johanne Pinard dit être plus stressée et impatiente en raison des travaux.

Mur antibruit

Le choix d'un lieu de transit dans le quartier de Pointe-aux-Lièvres aurait pu être mieux étudié, selon le conseiller municipal sortant du district de Saint-Roch—Saint-Sauveur, Pierre-Luc Lachance.

Je crois qu'il aurait fallu avoir un lieu de transit à un endroit qui dérange moins les résidents. Pour l'instant, on parle juste d'un lieu de transit.

Des camions sur un chantier

Les opérations ont lieu généralement entre 7h et 18h.

Photo : Radio-Canada

La superficie disponible de l'emplacement actuel a dû jouer dans la balance, selon lui. Ça prend de la machinerie, un lieu de circulation pour les camions. Je suis d'avis qu'il aurait dû avoir une meilleure étude qui se fasse.

Si le chantier demeure en vigueur plusieurs mois, des mesures devront être prises, selon M. Lachance. Un mur antibruit ou autres mesures, parce que ça fait aucun sens pour les résidents.

Le conseiller dit être en communication avec la Ville, qui se montre ouverte à apporter certaines modifications.

Selon lui, les heures de dérangement ont été réduites.

On est toutefois loin de la perfection, croit M. Lachance.

Pas d'autres lieux disponibles

La Ville se dit consciente des désagréments liés à la réalisation des travaux.

Il n’y a aucun autre espace de disponible à cet effet près du secteur de Dorchester, indique Wendy Whittom, porte-parole de la Ville.

Elle précise que le concassage de béton est maintenant réalisé à même le chantier, ce qui provoquait beaucoup de bruit.

Des avertisseurs de recul à large bande seront aussi installés afin de diminuer le bruit.

Il y a présentement une difficulté d'approvisionnement de ce type d'avertisseurs, mais l’installation étant simple, il y a une constante progression de la quantité de camions qui en sont équipés. D’ici deux semaines, les camions qui ne seront toujours pas équipés de ce nouvel avertisseur de recul ne pourront pas accéder au site, confirme Mme Witthom.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !