•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux députés PCU en faveur d’un veto albertain sur l'application des lois fédérales

Photos officielles d'Angela Pitt et de Jason Stephan montées côte à côte.

Les députés d'Airdrie-Est, Angela Pitt, et de Red Deer-Sud, Jason Stephan, ont participé à cette initiative du groupe de réflexion libertarien Alberta Institute.

Photo : Gracieuseté

Les députés du Parti conservateur uni Angela Pitt et Jason Stephan se sont prononcés en faveur d’une initiative pour que l’Alberta refuse l’application de certaines lois fédérales et décisions judiciaires qui vont à l’encontre des intérêts des Albertains. Ces députés maintiennent que cette initiative ne fait pas la promotion de l’indépendance de la province.

L’initiative a été mise sur pied par l’Alberta Institute, un groupe de réflexion défendant des idées libertariennes. Elle est aussi appuyée par les députés indépendants Drew Barnes et Todd Loewen, expulsés ce printemps du caucus conservateur uni.

Les auteurs de la Stratégie pour libérer l’Alberta (Free Alberta Strategy) appellent notamment le gouvernement albertain à adopter une loi lui permettant de refuser l’application de toute loi fédérale ou décision judiciaire qui, à ses yeux, interfère dans ses champs de compétence ou constitue une attaque contre les intérêts des Albertains.

Par exemple, ils voudraient ainsi bloquer l’application de la taxe carbone fédérale en Alberta, une taxe qui a été jugée constitutionnelle par la Cour suprême du Canada, le plus haut tribunal du pays.

Défendre une Alberta « maltraitée »

Les auteurs et députés ont l’impression que l’Alberta perd au change en tant que province dans la fédération canadienne et ont l’impression que le gouvernement fédéral tente de saboter l’industrie pétrolière albertaine.

Nous ne pouvons pas rester là à ne rien faire pendant qu’on se fait attaquer, a affirmé l’avocat Rob Anderson, qui présidait la conférence de presse de mardi.

Les défenseurs de l’initiative souhaitent également que l’Alberta adopte une autre loi mettant fin aux transferts de péréquation, un principe inscrit dans la Constitution canadienne, et établisse une agence du revenu provinciale chargée de collecter les impôts et les autres contributions pancanadiennes comme l’assurance-chômage et le régime de pension en Alberta.

Barry Cooper, co-auteur de l’initiative et professeur de sciences politiques à l’Université de Calgary, affirme qu’il s’agit d’une stratégie politique, pas d’une stratégie légale.

Le premier ministre albertain, Jason Kenney, a précédemment fait état de son opposition à l’indépendance de l’Alberta. Il milite toutefois pour augmenter ses pouvoirs et son autonomie, notamment en étudiant la possibilité de créer de nouvelles institutions provinciales, comme un corps de police, un régime de pension et une agence du revenu provinciale.

Angela Pitt n'a plus confiance en Jason Kenney

La députée Angela Pitt, présente à la conférence de presse, a par ailleurs affirmé qu’elle ne soutient plus le premier ministre Jason Kenney, une semaine après un caucus conservateur uni tendu où les députés mécontents ont confronté leur chef.

Je crois que nous sommes dans une situation où les Albertains ne font plus confiance au premier ministre et cela rend très difficile de gouverner la province lorsque cette confiance est affaiblie.

Une citation de :Angela Pitt, députée conservatrice unie de Airdrie-Est

Elle est toutefois heureuse que le vote de confiance envers Jason Kenney ait été devancé au printemps 2022. Son collègue Jason Stephan a été plus évasif, affirmant qu’il acceptera les résultats de ce vote, quels qu’ils soient.

Ma loyauté première va aux principes de notre parti. Les premiers ministres vont et viennent, tout comme moi je quitterai un jour mon poste de député, a-t-il déclaré en réponse à une question sur son appui au premier ministre.

Le député Nathan Cooper était aussi présent en tant qu’observateur, mais n’a pas répondu aux questions qui lui étaient posées. En tant que président de l’Assemblée législative, il doit éviter de s’ingérer dans les affaires politiques et gouvernementales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !