•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victimes collatérales de la canicule, les abeilles souffrent en Alberta

Des abeilles près d'une ruche.

De nombreux apiculteurs albertains risquent de perdre entre 50 % et 80 % de leur production cette saison.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Les fortes températures ressenties en Alberta cet été ont réduit la production de miel et augmenté la présence de mites. Les apiculteurs albertains essaient de sauver ce qu'ils peuvent avant l'hiver.

Vêtue d’un uniforme de protection des pieds à la tête, Jennifer Paterson fait le tour de ses ruches à 40 minutes au nord-ouest de Calgary. Elle et ses abeilles ont eu un été difficile. Cette apicultrice passionnée n'a pu qu'observer les dégâts.

Avec les fortes chaleurs, toutes les fleurs des alentours ont été sous pression. Elles ont fleuri en 10 jours au lieu de 4 semaines. Mes abeilles n'ont pas eu le temps de récolter toute cette nourriture qui a très vite disparu à cause de la sécheresse, explique-t-elle

Cet automne, Jennifer Paterson fait un triste bilan. La production de son Black Mountain Honey sera deux fois moins importante que l'année dernière. Elle a récolté 400 kg au lieu des 800 kg habituels. 

Jennifer Paterson tient le cadre d'une ruche.

Jennifer Paterson inspecte chaque cadre de ses ruches pour s'assurer de leur bonne santé.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Moins de miel signifie moins de rentrées d'argent pour cette Albertaine qui est apicultrice à temps partiel depuis sept ans. 

J’ai probablement perdu des ruches à cause de la canicule, estime celle qui surnomme ses abeilles ses filles.

L'aide de la technologie

La chaleur a également fait prospérer des mites varroa, une espèce d'acariens parasites qui peut décimer un élevage durant tout l'hiver.

Pour lutter contre ce fléau, Jennifer Paterson essaie de trouver des solutions grâce à la plateforme AGvisorPro sur son téléphone intelligent. 

Cette technologie, mise au point en Alberta, permet de connecter des agriculteurs en tout genre avec des experts de partout au Canada grâce à une assistance vocale ou visuelle, en direct. Un service payant.

Après avoir pris rendez-vous, elle réussit à se connecter avec Renata Borda de la Commission des apiculteurs de l'Alberta, qui lui conseille d'agir... et vite.

Une vue aérienne d'une ruche en Alberta.

Cet été, les fleurs aux alentours n'ont pas pu produire autant de pollen et de nectar que les années précédentes.

Photo : Chris Paterson

Un problème provincial

Beaucoup d'apiculteurs albertains viennent me voir et sont inquiets, explique Renata Borda. Les abeilles font face à des défis sans précédent cette année. Je conseille d'utiliser dès que possible des traitements chimiques contre ces mites pour éviter le pire.

Selon Renata Borda, certains apiculteurs pourraient perdre jusqu'à 80 % de leur production cette année. Le gouvernement provincial a mis en place un fonds d'urgence, mais seulement 180 d'entre eux, sur 2000, seraient éligibles.

Jennifer Paterson, elle, croise les doigts pour ne pas voir ses filles disparaître. Elle prépare au mieux ses abeilles pour affronter l'hiver en leur servant de l’eau sucrée, source de glucides essentiels pour leur énergie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !