•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paul Mukendi en cavale : peu de recours s’il est au Congo

Plan moyen de Mukendi, vêtu de blanc.

Le pasteur Paul Mukendi a été condamné à huit ans de prison pour agressions sexuelles et physiques et a pris la fuite pour éviter de purger sa peine. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Si Paul Mukendi se trouve réellement au Congo tel qu’il le prétend, les autorités auront très peu de recours pour tenter de forcer son retour au Canada afin de purger sa peine d’emprisonnement de huit ans.

L’homme reconnu coupable d’agression sexuelle sur une mineure est maintenant en cavale depuis plus d’un mois après avoir refusé de se rendre au pénitencier alors qu’il était en liberté conditionnelle.

Entre le Canada et le Congo, il n'y a pas de traité d'extradition, explique l’avocat criminaliste Rabih Habib. Son retour au pays semble, disons, très compliqué s'il ne décide pas de revenir de lui-même au pays.

Rabih Habib est un avocat criminaliste. Il est en entrevue avec Radio-Canada.

Rabih Habib, avocat criminaliste

Photo : Radio-Canada

S'il se trouve réellement au Congo, ce serait très difficile de le ramener au pays.

Une citation de :Rabih Habib, avocat criminaliste

Le spécialiste estime aussi qu’il serait très surprenant que les autorités congolaises décident d’accuser Paul Mukendi au criminel pour des infractions commises au Canada.

L’agresseur pourrait donc éviter la prison tant et aussi longtemps qu’il poursuit son exil en Afrique. Me Habib affirme toutefois qu’il s’agit d’un type de cas extrêmement rare qui ne devrait pas miner la confiance du public dans le système de justice canadien. On aurait tort de juger notre système pour un cas jugé exceptionnel. Ce n'est pas vrai que les gens ne collaborent pas.

Il ajoute que le temps donnera probablement raison à la justice canadienne alors que les fugitifs ont souvent tendance à se rendre aux autorités. Ce que je peux vous dire pour avoir travaillé dans plusieurs dossiers où des individus ont fui la justice, en général ces individus le regrettent sincèrement et désirent éventuellement revenir au pays.

Nouvelle vidéo

Lundi, Paul Mukendi a publié une nouvelle vidéo sur les réseaux sociaux, ce qui pourrait aider les policiers à le retrouver. Dans la vidéo d’une trentaine de minutes, il affirme qu’il pourrait être n’importe où, parlant de Québec, Toronto ou Paris.

Paul Mukendi est en liberté illégale depuis le 20 août.

Paul Mukendi est en liberté illégale depuis le 20 août. Il diffuse à l'occasion des vidéos en direct sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran d'une diffusion sur les réseaux sociaux

La publication a été passée au peigne fin par les enquêteurs qui tentent de retrouver l’accusé. On est extrêmement attentifs à ce que M. Mukendi fait, à ce qu'il dit, indique David Poitras, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec.

Les policiers ne donnent toutefois aucun indice sur l'endroit où pourrait se trouver le fugitif. Sans rentrer dans les détails de notre enquête, c'est évident que toute information qui peut nous mener à localiser M. Mukendi est très pertinente.

L’ancien agent de la Sûreté du Québec François Doré souligne que chaque publication de Paul Mukendi peut aider les policiers, même s’il tente de camoufler ses traces. Ils ont les éléments pour pouvoir localiser d'où viennent les vidéos que l'homme a mis en ligne pour pouvoir les localiser même si le signal transige par d'autres pays.

Le policier à la retraite juge lui aussi que Paul Mukendi sera rattrapé tôt ou tard par les forces policières.

C'est la prétention d'à peu près tous les criminels de fuir la justice à jamais, sauf que, l'histoire le démontre, ils finissent par commettre une erreur, poser un geste qui fait en sorte que le temps joue contre eux parce qu'ils se croient invincibles à l'occasion.

Avec les informations de Hadi Hassin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !