•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. maintient le plafond sur les frais des applications de livraison de nourriture

Des autocollants de DoorDash et de SkipTheDishes dans la fenêtre d'un restaurant.

Certains restaurants offrent le service de livraison via plusieurs plateformes, alors que d'autres préfèrent profiter des rabais accordés en cas d'exclusivité (archives).

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

La Colombie-Britannique a reporté au 31 décembre l'expiration du décret qui limite à 15 % les frais de livraison imposés aux restaurants par les grandes compagnies comme UberEats ou Skip the Dishes. Des restaurants souhaitent néanmoins une réglementation plus stricte pour empêcher les applications de livraison de contrôler le marché.

Le président de l’association des restaurants et des services alimentaires de la province est satisfait du prolongement, mais préférerait que le plafond soit permanent.

À 20 %, le restaurant peut gagner un peu d'argent. À 30 %, le restaurant ne fait pas d'argent, explique Ian Tostenson. Il aimerait que le décret devienne permanent en janvier 2022.

Pour lui, le marché peut être comparé à une situation d’oligopole, où quelques entreprises exercent un contrôle abusif sur une industrie pour s’assurer une concurrence moindre.

La Colombie-Britannique a adopté le plafond en décembre 2020. Celui-ci interdit aux applications de livraison de facturer plus de 15 % de la commande totale aux restaurants pour leur service. Certaines voix dans l'industrie assurent que le plafond n'empêche pas les applications de livraison de facturer des frais cachés.

Le ministre de l'Emploi, de la Reprise économique et de l'Innovation, Ravi Kahlon, explique que les échos qu’il a reçus des restaurants expriment un soulagement.

C'est une mesure que nous avons été obligés de prendre pour nous assurer que nos entreprises survivent à cette pandémie.

Une citation de :Ravi Kahlon, ministre de l'Emploi, de la Reprise économique et de l'Innovation de la C.-B.

Une application créée pour le Grand Vancouver

Brandon Grossutti, propriétaire du restaurant Pidgin, dans le quartier Gastown de Vancouver, a quant à lui décidé de réagir. Il a créé une alternative de livraison locale appelée FromTo pour les restaurants de la région de Vancouver. Les livreurs qui travaillent en utilisant cette application reçoivent un montant forfaitaire pour chaque livraison.

Jusqu'à présent, il dit avoir réuni 70 restaurants et plus de 600 chauffeurs, mais qu'il est difficile de rivaliser avec des entreprises mondiales soutenues par du capital-risque.

L’entrepreneur dénonce le jeu des applications et son impact sur les restaurants, les consommateurs et les chauffeurs. Ils ont un capital illimité pour s'assurer qu'ils gardent leur part de marché, précise-t-il.

Brandon Grossutti explique que les restaurants ont commencé à majorer leurs prix dans les applications pour compenser la perte de revenus, et que les conducteurs finissent par travailler les uns contre les autres en raison des modèles commerciaux des applications.

Le restaurateur milite pour plus de régulation et pour que le gouvernement trouve des alternatives viables afin de réellement concurrencer ces multinationales tierces.

SkipTheDishes et Doordash n’ont pas répondu à nos demandes d’entrevues.

D’après les informations d’Akshay Kulkarni

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !