•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale chez les jeunes en Ontario : 4,2 M$ de plus

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, en conférence de presse.

Christine Elliott a procédé à l'annonce, lundi. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Le gouvernement de l'Ontario a annoncé lundi qu'il accordera un financement annuel supplémentaire de plus de 4,2 millions de dollars à un centre de traitement résidentiel qui aide les adolescents ayant des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que cet argent est destiné au Pine River Institute de Mulmur, en Ontario, à environ 100 kilomètres au nord-ouest de Toronto. L'augmentation du financement permettra au centre de traitement d'ajouter 30 nouveaux lits d'ici mars 2022, ce qui portera le nombre total de lits de l'établissement à 59.

À l'extérieur du centre de traitement, Mme Elliott a déclaré aux journalistes que le gouvernement est conscient que la pandémie de COVID-19 a entraîné une augmentation de la demande de services de santé mentale pour les jeunes.

Soutenir la santé et le bien-être des enfants et des jeunes n'a jamais été aussi important. Nous savons que les enfants et les jeunes ont des difficultés, que les familles et les communautés en ont aussi , a déclaré Mme Elliott.

Nous savions [qu’en raison de la pandémie], il allait y avoir une augmentation des besoins en matière de santé mentale et de toxicomanie dans toute la province de l'Ontario. Les jeunes ne sont pas différents. Tout le monde a subi beaucoup de stress et de tensions au cours de cette pandémie. Nous savons que les besoins vont continuer à augmenter. Nous avons besoin de plus d'installations. La santé mentale, c'est la santé.

Le Pine River Institute, un centre de traitement sans but lucratif qui a ouvert ses portes il y a environ 15 ans, traite les jeunes de 13 à 19 ans qui ont des comportements de dépendance et d'autres problèmes de santé mentale.

Selon un responsable, en ce moment, le temps d'attente moyen pour un lit est de 14 mois.

Edyta Pacuk, présidente du conseil d'administration du centre de traitement, a déclaré aux journalistes que le Pine River Institute mettait l'accent sur la participation des familles et des soignants à ses programmes.

Lorsque nos étudiants obtiennent leur diplôme, ils peuvent reprendre leur vie en main, ils peuvent reprendre leur famille en main, ils peuvent reprendre leur avenir, a déclaré Mme Pacuk.

Addictions and Mental Health Ontario (AMHO), une organisation qui représente plus de 200 organismes de toxicomanie et de santé mentale en Ontario, a déclaré dans un communiqué lundi que l'annonce provinciale est une mesure positive, mais qu'il faut en faire plus.

L'AMHO est ravie de constater que le gouvernement de l'Ontario a financé ces nouveaux lits de traitement en résidence pour les jeunes ayant un comportement toxicomaniaque. C'est une réponse directe à l'une des recommandations de l'AMHO pour s'attaquer à la crise croissante de la dépendance et de la consommation de substances dans notre province, a déclaré l'organisation dans le communiqué.

L'investissement d'aujourd'hui est une bonne première étape dans la mise en place d'une gamme plus complète de services pour les personnes vivant avec une dépendance et les personnes qui consomment des substances. Les temps d'attente pour les services de santé mentale et de toxicomanie en Ontario sont trop longs.

L'annonce a lieu pendant le tout premier Mois du rétablissement de l'Ontario en septembre, un mois consacré à la lutte contre la stigmatisation entourant la dépendance et la consommation de substances.

Dans un communiqué de presse publié lundi, le gouvernement a déclaré que le financement fait partie de son plan d'investissement de 3,8 milliards de dollars sur 10 ans pour mettre en œuvre sa Feuille de route pour le mieux-être, un plan de la province visant à mettre en place un système de santé mentale et de lutte contre les dépendances axé sur les besoins des personnes et de leurs familles.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !