•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des réponses aux tests rapides de la COVID-19 dans les écoles primaires.

Une main tient un petit instrument indiquant le résultat du test.

De l'équipement servant à effectuer un test de dépistage rapide antigénique de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Les écoles se préparent à l'arrivée des tests rapides. Qui devra les administrer et sur quelle base? Voici les réponses du directeur général au Centre de services scolaire des Hauts-Cantons, Martial Gaudreau.

Comment vont fonctionner les tests rapides, il y en aura dans toutes les écoles?

Oui, nous aurons des tests rapides dans toutes les écoles primaires chez nous.

Avez-vous le personnel nécessaire pour les donner?

Nous sommes en train d’organiser cela avec les directions des écoles. Nous nous rencontrons cette semaine. Les directions devaient d’abord regarder le webinaire fourni par le ministère de la Santé et regarder la hauteur des tâches à accomplir. Puis, c’est sûr que nous avons plusieurs petites écoles, le défi est de trouver quelqu’un qui sera là tous les jours. Pas nécessairement l’enseignant, car il doit s’occuper de son groupe. C’est de regarder aussi pour la personne qui devra être formée parce que ce ne sont pas des tests qui peuvent être donnés comme cela à la dernière minute. Alors cela prend un minimum de formation, c’est l’écoute de deux vidéos.

Quels sont les symptômes pour qu'un enfant soit testé directement à l'école?

Présentement, ce que l’on nous dit, c’est que cela prend les différents symptômes lorsque l’on va sur le site (La maladie à coronavirus (COVID-19) au Québec) et que l’on saisit les symptômes que quelqu’un a (de la COVID-19) par exemple: mal de gorge, fièvre, etc. Quand cela nous dit : devrait passer un test de dépistage , c’est à ce moment que l’on va devoir faire passer le test de contrôle.

Les parents devront-ils donner leur accord?

Tout à fait! Nous organisons cela cette semaine. Les parents vont recevoir une communication. Premièrement pour leur dire que l’on va avoir cet outil dans les écoles qui va nous aider lorsqu’un jeune, en cours de journée, développe des symptômes. Plutôt que d’appeler à la maison pour dire aux parents: Venez chercher votre jeune! comme l’an dernier, cette fois-ci on va offrir aux parents s’ils le désirent, de faire un test de contrôle. Si jamais le test est négatif, cela nous permettra de garder le jeune à l’école et d’éviter aux parents de venir le chercher. Si le test est positif, à ce moment-là comme c’est juste un test de contrôle, le parent devra venir chercher son enfant et aller au centre de dépistage.

À quel moment pensez-vous être en mesure de les utiliser?

Je pense que cette semaine, nous allons être dans la phase communication aux parents, demande de consentement et organisation au niveau de nos différentes équipes. Les tests sont déjà arrivés. Les écoles ont déjà le matériel nécessaire en leur possession. Je dirais que quelque part au milieu de la semaine prochaine, on devrait avoir un déploiement dans les écoles qui sont prêtes, puis graduellement dans l’ensemble des écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !