•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Siakam et les Raptors heureux d’être enfin à la maison

Pascal Siakam tout sourire devant un panneau affichant le slogan We The North.

Pascal Siakam était tout sourire lors de sa rencontre avec les journalistes, lundi.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Seul devant une foule de journalistes, Pascal Siakam affichait un large sourire lundi, plus grand que tous ceux qu'il a arborés au cours des 19 derniers mois, soit depuis le dernier match des Raptors à Toronto.

À vrai dire, le Camerounais rayonnait, et pour cause. Il a pris soin de lui depuis la difficile fin de saison de son équipe en mai.

Il faut dire que la dernière année et demie a été pour le moins ardue pour le natif de Douala. Après les séries 2020, Siakam a confié ne plus se reconnaître sur le terrain, dépassé par tout ce qui se passait dans le monde. La saison suivante, alors que les Raptors étaient contraints de jouer en Floride, il a éprouvé des difficultés à s'adapter et il a plus tard contracté la COVID-19.

Et puis, parce que ce n'est pas tout, le joueur vedette des Raptors s'est blessé à l'épaule alors qu'il reprenait du poil de la bête. Sa blessure a demandé une opération, la première de sa vie.

Je ne voulais pas de l'opération. Je suis du Cameroun, je suis Africain. Je pense toujours pouvoir prendre une sorte de remède ou quelque chose du genre et m'en tirer, a lâché Siakam en ricanant. Mais c'était pas mal le seul choix à faire.

L'athlète de 27 ans est passé sous le bistouri en juillet. À cause de sa réadaptation, il ratera le début de saison de son équipe, son retour au jeu étant estimé entre fin novembre et début décembre.

Tout se déroule super bien. J'ai passé l'été à m'entraîner à Los Angeles et les signes sont bons. Je suis très enthousiaste à l'idée de revenir au jeu. Je suis aussi content d'avoir pu rentrer [à Toronto], de sentir l'air froid de l'aréna à nouveau. Tout semble normal, a laissé tomber la vedette des Raptors d'un air soulagé.

Pascal Siakam tient un adversaire à distance lors d'un match contre les Celtics de Boston.

Pascal Siakam a connu une baisse de régime la saison dernière.

Photo : Associated Press / Mark J. Terrill

Siakam s'entraîne seul depuis peu au complexe OVO des Raptors, près du centre-ville de Toronto, mais ses coéquipiers et son entraîneur ont déjà pris note de son enthousiasme renouvelé.

Je suis content de le revoir avec cette attitude où ce n'est pas lui contre le monde. Et même si ça redevient le cas, il aura le vestiaire et l'équipe avec lui, a dit Fred VanVleet.

Il a l'air en pleine forme, a aussi dit l'entraîneur-chef Nick Nurse. Si vous mettez les pieds au gym actuellement et que vous le voyez, vous ne vous douteriez pas qu'il se remet d'une opération.

Ces échos sont d'autant plus positifs que le Camerounais sera l'acteur principal de l'attaque des Raptors à son retour, étant donné le départ de Kyle Lowry pour Miami, et l'un des meneurs de l'équipe avec VanVleet, OG Anunoby et Chris Boucher.

Pour moi, individuellement, le succès, c'est d'abord de revenir à 100 % et aussi de continuer à développer certaines parties de mon jeu. En équipe, je veux aussi être un meilleur leader, a dit Siakam. Je m'améliore. Je tente de sortir de ma coquille en envoyant des messages texte aux plus jeunes pour prendre de leurs nouvelles, par exemple.

Des objectifs modestes

Le directeur général Bobby Webster s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse.

Le directeur général des Raptors, Bobby Webster, estime que son équipe sera entièrement vaccinée d'ici au début de la saison.

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Les Raptors ne font pas figure de prétendants au championnat cette année, mais le directeur général Bobby Webster espère tout de même voir son équipe se battre soir après soir. Les séries demeurent possibles.

Notre noyau de joueurs a gagné et il est aguerri. La question est pour nous de bien les entourer. Je m'attends à ce qu'on soit compétitifs cette saison et qu'on surprenne quelques personnes aussi, a-t-il déclaré.

Le plus récent classement des forces en présence dans la NBA prévoit que les Raptors termineront 19es dans le circuit Silver et 11es dans l'Association de l'Est.

Je n'ai jamais approché la saison autrement qu'avec l'intention de gagner et de gagner gros. La bonne nouvelle, c'est qu'on est passés du 21e au 19e rang depuis le dernier classement. Espérons qu'on continue à grimper, a lâché Nick Nurse, sourire en coin.

Les Raptors lanceront officiellement leur camp d'entraînement mardi. L'équipe ira à London samedi pour y tenir sa séance d'entraînement annuelle ouverte au public, puis elle retrouvera 10 000 de ses partisans lundi prochain à l'aréna Banque Scotia lorsqu'elle affrontera les 76ers de Philadelphie en match préparatoire.

Ce n'est qu'un match préparatoire, mais c'est aussi beaucoup plus que ça parce que ça fait si longtemps qu'on n'a pas joué à la maison, a ajouté Nurse, qui a aussi souligné que l'optimisme régnait au sein de l'équipe en prévision de ce match.

Les Raptors ne seraient d'ailleurs plus qu'à une deuxième dose d'être entièrement vaccinés contre la COVID-19, selon Webster. L'équipe le sera d'ici au premier match de la saison, le 20 octobre.

Par ailleurs, les joueurs de la NBA non vaccinés pourront jouer à Toronto cette année, a-t-on appris lundi, étant donné qu'une exemption d'intérêt national a été accordée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !