•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une affiche de Stevens Melançon vandalisée à cause de sa couleur de peau

Une affiche de Stevens Mélaçon a été vandalisée.

Une affiche de Stevens Mélaçon a été vandalisée.

Photo : Radio-Canada

Une affiche électorale de Stevens Mélançon, candidat pour Québec  21 dans Chute-Montmorency-Seigneurial, a été vandalisée à cause de sa couleur de peau. Une personne a dessiné un X au feutre noir sur son visage et écrit « un noir? ».

Le conseiller municipal qui brigue un deuxième mandat ne fait pas grand cas de cet acte de vandalisme à caractère haineux. Je ne porterai pas plainte, ce sont des cas isolés. Si je parle de me faire vandaliser une pancarte, je ne veux pas faire la une des journaux avec ça, on se comprend. Ça fait partie d'une campagne électorale, affirme celui qui habite Beauport depuis les années 60.

De mon côté, j'ai passé à autre chose. On l'a enlevée, j'en ai remis une autre et je vais passer à autre chose là-dessus.

Une citation de :Stevens Mélançon, candidat de Québec 21 dans Chute-Montmorency-Seigneurial

Stevens Mélançon n’avait même pas l’intention d’aborder le sujet publiquement avant d’être questionné sur la murale dédiée au mouvement Black lives matter. L’œuvre installée sur un mur de la rue Sait-Réal a été vandalisée pour une troisième fois en quelques semaines, geste que le chef de Québec 21 qualifie d’inacceptable.

Une fresque murale représentant des personnes de couleur dont le visage a été gribouillé.

Depuis son inauguration en août, la fresque murale peinte sur un mur de la rue Réal, à Québec, a été vandalisée à trois reprises.

Photo : Radio-Canada

Vraiment c'est déplorable, ce sont de belles fresques qui ont été faites avec des organismes de la communauté , s’est désolé Jean-François Gosselin. Quant aux critiques de la Ligue des droits et libertés de Québec au sujet du profilage racial que pratiquerait le Service de police de la Ville de Québec, M. Gosselin s’en remet aux efforts de diversifier les effectifs du corps de police.

On est d'accord avec la réflexion qui se passe à l'interne pour essayer de trouver des solutions, on a entièrement confiance en notre service de police.

On ne peut pas dire que ça va mal

Questionnée elle aussi sur le vivre ensemble à Québec, la candidate Marie-Josée Savard s’en remet quant à elle au plan de 10 millions de dollars sur trois ans lancé au mois de mai par son administration. Ce plan inclut notamment l’aménagement de la Maison Pollack en Maison de la diversité sur la Grande-Allée, des campagnes de sensibilisation et plusieurs événements à saveur culturelle.

La stratégie de la Ville de Québec pour en matière de diversité, d’équité et d’inclusion prévoit aussi une meilleure sensibilisation des policiers aux réalités des minorités et une meilleure représentation des communautés culturelles dans le recrutement.

Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec.

Marie-Josée Savard, candidate à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

Bien qu’il y ait du travail à faire, Marie-Josée Savard estime qu’il ne faut pas voir que le négatif. On ne peut pas dire que ça va mal à Québec non plus. On a quand même une ville sécuritaire, je pense que les gens sont bien à Québec. On a quand même un taux de rétention d'immigration de 93 %. Je pense que si les gens n'étaient pas bien, ils ne resteraient pas.

Candidat dans Cap-aux-Diamants, Boufeldja Benabdallah a abondamment parlé de vivre-ensemble depuis l’attentat à la grande mosquée de Québec. Comme sa cheffe, il estime lui aussi qu’il fait généralement bon vivre à Québec.

Le profilage existe

Chez Démocratie Québec, le chef Jean Rousseau juge que le plan de la Ville ne va pas assez loin pour s’attaquer au profilage racial. Le SPVQ n'admet pas que c'est un problème et que ça existe. Ça existe, on va en parler et on va trouver des solutions, promet l’aspirant à la mairie.

Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec.

Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

On a été témoin de ces événements racistes. J'ai deux candidats racisés dans mon équipe qui eux ont été victimes de profilage, d'arrestation au volant parce qu'ils étaient noirs.

Une citation de :Jean Rousseau, candidat à la mairie de Québec

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, appelle elle aussi les autorités à reconnaître qu'il y a du profilage racial dans la ville de Québec. Elle dénonce le manque de volonté de la Ville quand vient le temps de documenter le phénomène. Il s'agit d'une condition essentielle selon elle pour s'attaquer au problème.

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

Photo : Radio-Canada

Le racisme systémique, ça existe et si on ne le reconnaît pas, si on ne commence pas à vraiment faire les démarches pour le changer, on n'y arrivera pas.

Une citation de :Jackie Smith, cheffe de Transition Québec

De son côté, Bruno Marchand dénonce lui aussi le vandalisme de la murale dédiée à Black lives matter. C'est inacceptable. C'est ignoble on n'acceptera pas ça , tranche le chef de Québec forte et fière. Peu importe la diversité de la personne, elle nous enrichit quand elle est partie prenante de notre communauté. La mettre à part, on y perd tous.

Il note néanmoins que Québec est une ville bien plus inclusive que d’autres endroits dans le monde, bien qu’il y a toujours place à l’amélioration que ce soit dans la représentativité dans toutes les instances de la ville, que ce soit dans notre capacité à faire de la place à toutes les cultures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !