•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film Dune en avant-première au 22e Festival de film de l’Outaouais

Le réalisateur en chemise blanche donne des indications à d'autres personnes.

Le long métrage « Dune », de Denis Villeneuve, donnera le coup d’envoi au 22e Festival de film de l’Outaouais.

Photo : Warner Bros. / Chiabella James

Le long métrage Dune, du réalisateur québécois Denis Villeneuve, donnera le coup d’envoi au 22e Festival de film de l’Outaouais (FFO), qui aura lieu du 21 au 29 octobre prochain, à Gatineau.

Après un passage remarqué à la Mostra de Venise et au Festival international du film de Toronto (TIFF), le film de Denis Villeneuve sera projeté en avant-première à Gatineau le 21 octobre, soit une journée avant sa sortie en salle ailleurs au pays et aux États-Unis.

De choisir Gatineau [pour l’avant-première], c’est [grâce au] coup de main des distributeurs, qui reconnaissent notre travail, se réjouit le directeur général du Festival de film de l’Outaouais, Didier Farré.

Une édition automnale

Le FFO se tiendra donc à l’automne cette année, et non en mars, comme à l’habitude, notamment parce que les distributeurs ont de nombreux longs métrages en attente d’un écran.

« Entre les distributeurs et le public, qui nous ont poussés à faire une édition [plus tôt], et le Festival de [cinéma de] la ville de Québec, qui devait être à ces dates-là [mais] qui a été annulé, on s’est dit : "On va prendre ces dates et on va voir si le public réagit. S’il n’est pas là, on reviendra au mois de mars" », explique M. Farré.

Par ailleurs, la disparition du Cinéma Aylmer et la fermeture prolongée du Théâtre du Casino, où des films étaient présentés dans le cadre du FFO, ont contraint l’équipe du festival à coordonner l’ensemble des projections au Cinéma 9 cette année.

Il fallait tenir compte de tout ça [les fermetures et les mesures sanitaires] pour faire une édition qui serait quand même sans concession sur la programmation.

Une citation de :Didier Farré, directeur général du Festival de film de l’Outaouais

Entre ici et ailleurs, fictions et documentaires

Une jeune femme épluche des pommes de terre entre deux personnes plus âgées.

Une scène de « Bootlegger », un film de la réalisatrice algonquine Caroline Monnet

Photo : Microclimat Films

Bootlegger, de la cinéaste gatinoise d’origine algonquine Caroline Monnet, dont le tournage s’est déroulé à Kitigan Zibi, sera quant à lui présenté dans le cadre du FFO quelques jours après sa sortie en salle le 8 octobre.

Correctif : Une version précédente de ce texte mentionnait que la sortie de Bootlegger au Québec aurait lieu le 15 octobre, mais sa sortie en salle est plutôt prévue pour le 8 octobre.

Dans son premier long métrage, la cinéaste raconte l’histoire de Mani (Kawennáhere Devery Jacobs), une étudiante à la maîtrise, qui revient dans la région du Nord-du-Québec où elle a grandi. Pour s’y frayer une place, elle s’investit dans le débat entourant un référendum visant à permettre la vente libre d’alcool.

Couronné de la Palme d’or à Cannes un peu plus tôt cette année, l’étonnant Titane de la réalisatrice française Julia Ducournau fait aussi partie d’une programmation dans laquelle se côtoient nouveautés de l’année et films qui auraient dû être projetés lors du FFO de 2020 (y compris Les Misérables de Ladj Ly, couronné du Prix du jury à Cannes en 2019, puis de quatre Césars en 2020, dont celui du meilleur film), entre autres.

Un homme éclairé par une lampe au milieu d'un groupe.

« La nuit des rois » du réalisateur Philippe Lacôte

Photo : Courtoisie du TIFF

Parmi les autres productions plus récentes au menu se glisse La nuit des rois, une coproduction Côte d’Ivoire-Canada-Sénégal réalisée par le cinéaste Philippe Lacôte.

Ayant représenté la Côte d'Ivoire dans la course aux Oscars au début de l’année, le long métrage - dont l’intrigue se déroule à la MACA, la prison d’Abidjan, l’une des plus surpeuplées d’Afrique de l’Ouest - dresse notamment un portrait de la place des contes oraux dans la tradition ivoirienne.

Quelques-uns des autres longs métrages à voir au festival :

  • Chacun chez soi, comédie française de Michèle Laroque
  • Il était une fois dans l'Est, de la cinéaste russe Larissa Sadilova
  • Les oiseaux ivres, du réalisateur canadien Ivan Grbovic
  • Nous serons les oubliés, de Fernando Trueba
  • Les îles de Napoléon, documentaire français de Marie-France Brière
  • La contemplation du mystère, d’Albéric Aurtenèche
Illustration de deux hommes assis. L'un tend un paquet de cigarettes à l'autre.

Le film d’animation belge « Josep », réalisé par Aurel.

Photo : Aurel, Les Films d’Ici Méditerranée

Tous sortis en 2020, le film d’animation belge Josep, la comédie italienne Tolo tolo (Naïf et insensé, en français), ainsi que 16 printemps de la Française Suzanne Lindon et Le grand pari du Canadien Euros Lyn s'inscrivent également au programme du FFO.

Par ailleurs, les cinéphiles de la région pourront renouer avec les films québécois Il pleuvait des oiseaux, de la réalisatrice Louise Archambault (2019), et Le Club Vinland, de Benoît Pilon, sorti à Gatineau en août dernier, après de nombreux reports en raison de la pandémie.

Robert Charlebois, président d’honneur

 Plan épaule d'un homme qui discute.

Robert Charlebois

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Pour cette 22e mouture du festival, l’auteur-compositeur-interprète et acteur Robert Charlebois portera le chapeau de président d’honneur. L’artiste sera présent pour rencontrer le public sur le tapis rouge à l’ouverture de l’événement.

Pour y aller :

Festival de film de l’Outaouais
Du 21 au 29 octobre 2021

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !