•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Valérie Plante en conférence de presse.

Valérie Plante est à la recherche d'un second mandat à titre de mairesse de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La cheffe de Projet Montréal, Valérie Plante, pourrait théoriquement retrouver son ancien siège de conseillère de la ville dans le district Sainte-Marie si elle échoue à se faire réélire à la mairie.

Sophie Mauzerolle a accepté de lui servir de colistière, a appris Radio-Canada. Élections Montréal a confirmé que la conseillère sortante, qui siège depuis quatre ans à l’arrondissement de Ville-Marie et qui y brigue de nouveau les suffrages, a accepté de jouer ce rôle encore une fois.

Mme Mauzerolle avait été nommée colistière de Valérie Plante en 2017. Mais comme la cheffe de Projet Montréal avait remporté la course à la mairie, la nouvelle conseillère n’avait pas eu à céder sa place.

Valérie Plante connaît bien Sainte-Marie. Elle a représenté ce district pendant quatre ans après avoir battu Louise Harel aux élections de 2013.

Denis Coderre, de son côté, pourrait devenir conseiller dans Montréal-Nord s’il ne parvenait pas à reprendre les rênes de la mairie. Tout comme en 2017, la conseillère sortante et candidate Chantal Rossi a accepté de lui servir de colistière. La nouvelle a été annoncée au premier jour de la campagne électorale municipale, le 17 septembre.

Mme Mauzerolle dans un autobus autonome, en compagnie de François Limoges et Éric Alan Caldwell.

Sophie Mauzerolle agira de nouveau comme colistière de Valérie Plante, cette année.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le système de colistier existe depuis 2005 pour permettre aux candidats à la mairie d’avoir une chance de siéger dans l’opposition au conseil municipal en cas de défaite. Il faut pour ce faire que leur colistier, lui, se fasse élire comme conseiller de la ville.

C’est ainsi que Richard Bergeron a pu siéger au conseil municipal de 2013 à 2017, et ce, même s’il avait terminé troisième parmi les candidats à la mairie. Mélanie Joly, qui avait fini deuxième, n’avait pas pu faire de même, sa colistière Marie-Claude Johnson ayant échoué à se faire élire dans le district de Notre-Dame-de-Grâce.

Il n’est pas obligatoire pour les candidats à la mairie de nommer un colistier. Tout comme il n’est pas obligatoire de siéger à sa place en cas de défaite. C’est d’ailleurs le choix qu’avait fait Denis Coderre en 2017. Défait, le maire sortant avait préféré se retirer de la politique plutôt que de remplacer Chantal Rossi dans Montréal-Nord.

Ni Valérie Plante ni Denis Coderre ne se sont (encore) engagés à siéger dans l’opposition au conseil municipal en cas de défaite aux élections du 7 novembre prochain.

Dans Sainte-Marie, Sophie Mauzerolle affrontera Daniel Vaudrin (Ensemble Montréal), Sam Miriello (Mouvement Montréal) et Marc-André Bahl (Ralliement pour Montréal). Dans Ovide-Clermont, où se représente Chantal Rossi, cette dernière fera face à Fatima Gabriela Salazar Gomez, de Projet Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !