•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle espèce d’invertébré préhistorique découverte à Miguasha, en Gaspésie

La falaise de Miguasha est située en Gaspésie, dans la baie des Chaleurs.

La falaise de Miguasha n'a pas fini de dévoiler tous ses secrets.

Photo : Photo Johanne Kerr/Gracieuseté Richard Cloutier

Un fossile retrouvé dans les falaises de Miguasha en 2017 a été identifié comme une nouvelle espèce de cténophore datant de 375 millions d'années.

Il s’agit, selon le biologiste et paléontologiste Richard Cloutier, d’une nouvelle espèce d'une famille d'invertébrés marins qui sont rarement retrouvés à l’état de fossile.

« De trouver une nouvelle espèce, c’est vraiment exceptionnel. »

— Une citation de  Richard Cloutier, biologiste et chercheur à l'UQAR

Le fossile, dit-il, ressemble à une petite lanterne chinoise. Ce sont de petits animaux qui ressemblent à des méduses. Leur corps mou n’a pas de squelette. Le fossile mesure 6 cm, décrit le chercheur de l'Université du Québec à Rimouski.

Une main qui tient une pierre où se dessine un fossile.

Le cténophore découvert à Miguasha ne mesure que 6 cm.

Photo : Gracieuseté Richard Cloutier

Environ 200 espèces de cténophores existent encore de nos jours, dont les groseilles de mer qui vivent entre autres dans le Saint-Laurent.

On en connaît peu sur le mode de vie de ces espèces, il y a 375 millions d’années, explique Richard Cloutier. De nos jours, la plupart des cténophores sont des prédateurs. On pense que c’était possiblement la même chose il y a 375 millions d’années.

Généralement, ces animaux ne se fossilisent pas, indique le chercheur. La qualité du spécimen retrouvé est impressionnante. C’est la forme complète qui a été conservée dans un sédiment très fin avec son anatomie extérieure, ajoute le scientifique.

Grâce à un voyage en Chine

Richard Cloutier raconte que c’est la gestionnaire des collections au Musée de Miguasha, Johanne Kerr, qui l’a contacté pour l’aider à identifier un fossile trouvé en 2017.

Le biologiste, spécialiste des vertébrés, explique avoir pu reconnaître le cténophore grâce à un voyage en Chine effectué juste avant la pandémie de coronavirus. Il avait pu, là-bas, visiter un site fossilifère de 500 millions d’années où avaient été découverts des fossiles de cténophores. Un collègue en Suisse, Christian Klug, a pu confirmer la découverte.

Le scientifique Richard Cloutier et enseignant à l'Université du Québec à Rimouski lors d'un cours donné à Miguasha.

Richard Cloutier effectue des recherches à Miguasha depuis près de 40 ans.

Photo : Photo Johanne Kerr/Gracieuseté Richard Cloutier

Après la publication de la découverte dans la revue Scientific Reports, plusieurs chercheurs dans le monde ont contacté l’équipe de scientifiques puisque les cténophores, des invertébrés, sont parmi les premiers animaux primitifs multicellulaires et que leurs fossiles demeurent extrêmement rares.

À peine une dizaine de fossiles de cténophores ont été retrouvés dans le monde.

Ça donne, souligne Richard Cloutier, une information sur l’origine des animaux à avoir plusieurs cellules. Une fois de plus, Miguasha ne fait que nous amener des réponses sur les grandes questions de l’évolution, relève celui qui explore depuis près de 40 ans la falaise fossilifère de l'âge du dévonien inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Avec la collaboration d'Élise Thivierge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !