•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de Thorncliffe Park luttent contre un projet de Metrolinx

Trois personnes se tiennent debout dans un stationnement.

Syed Benazir (à gauche), Kaynat Shaikh (au centre) et Aamir Sukhera (à droite) sont membres de SaveTPARK, un groupe de résidents qui se bat pour éviter qu'une gare de triage proposée par Metrolinx ne soit construite dans le quartier Thorncliffe Park.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

Un groupe de résidents du quartier Thorncliffe Park tente d'empêcher Metrolinx de construire une gigantesque installation de remisage et d’entretien dans le secteur. Le groupe a obtenu le soutien d'élus des trois ordres de gouvernement, mais affirme que le gouvernement Ford, lui, ignore ses demandes.

Le groupe prétend que, de tous les quartiers de Toronto considérés par Metrolinx, le leur est le plus pauvre et le moins blanc.

Notre communauté a été ciblée pour cette gare de triage, soutient Kaynat Shaikh, 26 ans, membre de SaveTPARK, un groupe composé principalement de résidents qui s'est formé au printemps dernier pour lutter contre le projet de Metrolinx.

Si le projet devait être modifié pour aller ailleurs, considéreraient-ils même d'installer une gare de triage dans une communauté socio-économique plus nantie? Très probablement pas et c'est très clair.

Une citation de :Kaynat Shaikh, résident du quartier Thorncliffe Park

Metrolinx a annoncé dans un billet de blogue publié en avril que le quartier Thorncliffe Park avait été choisi pour accueillir une installation d'entretien et d'entreposage d'une superficie de 175 000 mètres carrés.

Cela correspond à peu près à la taille de 24 terrains de football.

Vue aérienne d'un site.

Metrolinx dit avoir examiné neuf sites avant de choisir un emplacement « hybride », situé entre la partie nord de Thorncliffe Park et la limite sud de la zone industrielle de Wicksteed.

Photo : CBC / Susan Reid

Cette gare de triage desservirait la ligne Ontario, une ligne de métro de 15 arrêts, qui doit s'étendre de la Place de l'Ontario au Centre des sciences de l'Ontario.

À l'heure actuelle, ce secteur abrite un mélange de petites entreprises et un parc industriel, situé sur le côté nord du boulevard Overlea, entre le chemin Millwood et la promenade Thorncliffe Park.

Depuis l'annonce au printemps, SaveTPARK a posé des affiches et écrit des lettres au premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Une pétition s'opposant au projet de Metrolinx compte maintenant plus de 10 000 signatures.

La majorité de cette communauté travaille pour sa survie, estime Aamir Sukhera, 41 ans.

Selon lui, la plupart des habitants de la région n'ont tout simplement pas le temps de se battre contre un géant comme Metrolinx.

J'ai l'impression que Metrolinx a vu [Thorncliffe Park] comme une opportunité […] simplement parce que c'est la voie de moindre résistance.

Le quartier Thorncliffe Park abrite quelque 30 000 personnes, dont beaucoup sont de nouveaux Canadiens originaires du Pakistan, de l'Inde et de l'Afghanistan. Il n'est pas rare que deux ou trois familles vivent ensemble dans les immeubles locatifs du quartier.

Le quartier est densément peuplé : on y trouve plus de 7000 personnes par kilomètre carré. L’École Fraser Mustard Early Learning Academy, récemment construite, n'enseigne que la maternelle. Les élèves sont séparés en 23 salles de classe. Il s'agit de la plus grande école de ce type au Canada.

Plan rapproché du visage d'un homme portant la barbe et les cheveux courts.

Aamir Sukhera a aidé à mettre en place une banque alimentaire à Thorncliffe Park pendant la pandémie. Il craint que la gare de triage n'ait un impact sur les emplois locaux — ce que Metrolinx conteste. L'entreprise affirme que tous les emplois de la région seront maintenus et que 300 autres seront ajoutés.

Photo :  CBC / Evan Mitsui

Il est donc difficile de concilier la perte d'un terrain aussi vaste au profit d'une installation d'entreposage de Metrolinx, selon M. Sukhera.

Ce dont le quartier a vraiment besoin, dit-il, c'est de logements abordables, d'une piscine intérieure et d'un centre de loisirs communautaire.

Une citation de :Aamir Sukhera, résident du quartier Thorncliffe Park

M. Sukhera et le groupe SaveTPARK ont proposé à Metrolinx un autre site, situé à distance de marche de la proposition actuelle.

Ils ajoutent avoir aussi soulevé leurs préoccupations principales auprès de l'agence provinciale : le bruit, la pollution, l'impact sur l'économie et les emplois.

Un projet mûrement réfléchi

Malcolm MacKay, le chargé de projet de Metrolinx pour la ligne Ontario, affirme que le site alternatif proposé par les résidents était un site que l'agence régionale de transport avait déjà étudié, mais qu'elle avait déterminé que trop d'emplois seraient menacés.

Nous avons soigneusement étudié toutes les idées qui ont été présentées, précise-t-il.

Une carte désignant des zones particulières.

L'installation d'entretien et de stockage sera utilisée pour entreposer, inspecter, nettoyer et entretenir les trains le long de la ligne Ontario.

Photo : Metrolinx

Dans une lettre ouverte adressée à la communauté en août, le président de Metrolinx, Phil Verster, a déclaré que la décision de construire dans le quartier Thorncliffe Park n'était pas fondée sur un racisme institutionnel, mais plutôt sur des critères de sélection de sites axés sur des politiques publiques afin de trouver le meilleur site possible.

Nous n'avons absolument aucune envie de nous battre avec la communauté. Nous voulons travailler avec la communauté, la comprendre, comprendre ce qui la préoccupe afin de pouvoir améliorer les choses grâce à l'arrivée du transport en commun, a déclaré M. MacKay.

Dans l'oreille d'un sourd

Le député fédéral Rob Oliphant, la députée provinciale Kathleen Wynne et la conseillère municipale Jaye Robinson ont envoyé conjointement une lettre à la fin du mois d'août au premier ministre Doug Ford et à la ministre des Transports de l'Ontario Caroline Mulroney, disant qu'ils ont été pris de court par la décision et qu'ils sont troublés par ce qu'ils estiment être un manque de consultation communautaire.

En mai, le conseil municipal de Toronto a également adopté à l'unanimité une motion demandant le déplacement de l'installation d'entretien et de stockage.

Mme Robinson a suggéré de créer des gares de triage plus petites sur l'ensemble de la ligne afin de minimiser l'impact sur un seul quartier.

Tout cela est tombé dans l'oreille d'un sourd, soutient Mme Robinson, qui qualifie les derniers mois passés à traiter avec Metrolinx d' exaspérants.

Ils refusent de considérer autre chose que cette installation mammouth au cœur de Thorncliffe Park, qui est géographiquement petit — l'un des plus petits quartiers de Don Valley West ou de cette partie de Toronto

Une citation de :Jaye Robinson, conseillère municipale

Mme Wynne dit qu'elle a invité Mme Mulroney à plusieurs tables rondes communautaires, mais que la ministre des Transports n'y a jamais assisté, envoyant plutôt son chef de cabinet à une occasion.

Ce n'est pas seulement Metrolinx, l'agence du gouvernement, qui doit prendre la responsabilité puisqu'ils ont reçu un mandat du gouvernement provincial, explique Mme Wynne, ancienne première ministre de l'Ontario.

Ce que je sais en lisant entre les lignes, c'est qu'ils n'ont pas reçu la permission de faire des changements importants et que le pouvoir politique ne s'engage pas avec les gens de Thorncliffe Park.

CBC Toronto a contacté le bureau de Caroline Mulroney, mais ce dernier a répondu qu'elle n'était pas disponible. Dans un courriel, un porte-parole a écrit que Metrolinx est [le] meilleur point de contact pour ce sujet particulier.

D'après les informations de Shannon Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !