•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impression 3D pourrait-elle aider à résoudre les problèmes d’itinérance?

Une petite maison.

La maison Fibonacci est la première du genre au Canada.

Photo : Twente Additive Manufacturing/Isaac Ramana Carter

Radio-Canada

La technologie d’impression 3D permet de bâtir des habitations rapidement et à coût moindre. C'est pourquoi elle pourrait aider à résoudre les problèmes d’itinérance, croit une agence internationale oeuvrant dans le domaine.

Cette technologie permet de produire des objets en ajoutant des couches de matériaux selon un modèle numérique.

La première maison du genre au Canada se trouve à Procter, en Colombie-Britannique. On la surnomme la Fibonacci en raison de sa structure courbée, inspirée par la séquence mathématique du même nom.

L’impression 3D permet de fabriquer un mur courbé pour le même prix qu’un mur droit, explique Ian Comishin, le président de Twente Additive Manufacturing, l’entreprise qui a créé la maison Fibonacci.

Les aspects architecturaux qui sont intéressants ou qui ajoutent de l'esthétisme peuvent donc être réalisés sans devoir ajouter des dépenses supplémentaires.

L'intérieur de la maison Fibonacci.

La maison Fibonacci peut être louée sur le site Airbnb.

Photo : Twente Additive Manufacturing

Une solution à l’itinérance?

World Housing, une agence internationale visant à résoudre les questions d’itinérance, a financé une communauté de 50 maisons imprimées en 3D à Tabasco, au Mexique. 

Nous croyons que cette technologie est la solution à l’itinérance et que tout le monde mérite un domicile, affirme son directeur, Don McQuaig.

L’agence s’est associée à Twente Additive Manufacturing pour concevoir le projet Sakura Place, cinq habitations 3D à Nelson, en Colombie-Britannique, pour héberger des familles dans le besoin. 

Ian Comishin croit que la technologie résout également les problèmes de main-d'œuvre dans le domaine de la construction, puisque l’outil est facilement accessible à quiconque a un peu de connaissance en informatique.

Cela peut réduire les coûts, dit-il, rappelant toutefois que plusieurs parties d’une maison, comme les fenêtres et les toilettes, ne peuvent pas être imprimées.

Avec les informations de Manjula Selvarajah

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !