•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-Marc Belzile souhaite ramener un sentiment d’appartenance à Rouyn-Noranda

Le candidat à la mairie de Rouyn-Noranda, Jean-Marc Belzile, en conférence de presse à Cadillac.

Le candidat à la mairie de Rouyn-Noranda, Jean-Marc Belzile, en conférence de presse à Cadillac.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Le candidat à la mairie Jean-Marc Belzile souhaite décentraliser certaines prises de décisions qui affectent les quartiers ruraux de Rouyn-Noranda, désireux de développer un sentiment d’appartenance et de mettre fin à l’impression que les quartiers sont des « secondes zones ».

Dans un premier mandat, Jean-Marc Belzile s’engage à réserver 1 million de dollars, chaque année, pour des projets destinés aux douze districts de la municipalité.

Chaque année, trois quartiers se partageront ce million pour développer des projets sur leur territoire selon leurs priorités, précise le candidat.

Au bout de quatre ans, les 12 districts de Rouyn-Noranda auront obtenu leur part de budget participatif. Il espère ainsi développer un nouveau sentiment d'appartenance.

Visons qu'au 100e, tout le monde puisse se dire Rouynorandiens. Oui, ils seront fiers encore de leur quartier, d'où ils viennent, que ce soit Cadillac, Cloutier ou Montbeillard. Ce que je souhaite, c'est leur redonner des pouvoirs qu'ils ont perdus, a déclaré M. Belzile.

Il cite notamment le dossier de l'aréna dans le quartier Cloutier. On envoie un employé de Rouyn-Noranda pour s'en occuper alors qu'on pourrait le faire, ici, à moindre coût, illustre-t-il.

Jean-Marc Belzile s'engage à faire preuve de leadership et à prendre des positions plus musclées sur des enjeux publics.

Quand on représente les citoyens, si on ne parle pas, c'est comme si on accepte la situation. Si ça n'a pas de bon sens, disons-le, allons manifester avec ces gens-là et disons-le, soutient Jean-Marc Belzile, qui estime que trop souvent, par frilosité, le leadership ne s'est pas exprimé.

Ce que je veux, c'est être un leader et ne plus avoir peur d'affirmer ce qu'on pense. J'ai parfois l'impression qu'on se retient parce qu'on attend une subvention d'un ministère, par exemple. Présentement, ce qui se passe en santé et dans nos services de garde: il faut parler.

Le candidat promet de nouvelles annonces cette semaine, notamment en matière d'environnement.

La mairie de Rouyn-Noranda est un siège convoité par la mairesse sortante, Diane Dallaire, et Philippe Marquis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !