•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manger trop gras accélérerait la chute de cheveux

La tête d'un homme souffrant de calvitie.

Un humain possède en moyenne 100 000 cheveux.

Photo : iStock

Un régime riche en gras et l’obésité entraînent un amincissement des cheveux et accélèrent leur chute, affirment des scientifiques japonais à partir d'expériences menées chez la souris.

Le Dr Hironobu Morinaga et ses collègues de l'université médicale et dentaire de Tokyo ont découvert un mécanisme moléculaire qui explique comment l'obésité entraîne un amincissement des cheveux.

Selon eux, les cellules souches présentes dans les follicules pileux des souris soumises à un régime riche en gras se comportent différemment de celles de souris soumises à un régime standard.

Des signaux inflammatoires dans les cellules souches sont à l'origine de ces différences, qui se traduisent finalement par un amincissement et une perte des cheveux, expliquent les chercheurs dans un communiqué publié par l’université.

Deux souris, l'une de taille normale et l'autre obèse.

Une souris soumise à une alimentation normale (à gauche) et une souris soumise à une alimentation riche en gras (à droite) après six mois de régime.

Photo : Université médicale et dentaire de Tokyo

Une alimentation riche en gras accélère l'amincissement des cheveux en diminuant le nombre de cellules souches des follicules qui régénèrent habituellement les cellules matures qui font pousser les cheveux, en particulier chez les vieilles souris, explique Hironobu Morinaga.

Même avec une alimentation riche en gras pendant seulement quatre jours consécutifs, les cellules souches présentent un stress oxydatif accru et des signes de différenciation épidermique, affirment les chercheurs dans leurs travaux publiés dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Repères

  • Un humain possède en moyenne 100 000 cheveux. Il perd normalement 50 à 100 cheveux par jour, avec des pointes atteignant 175 durant les changements de saison.
  • Une chute de cheveux est considérée comme anormale lorsqu'une personne perd plus de 150 cheveux par jour pendant une assez longue période pouvant aller jusqu'à deux mois.
  • Entre 25 % et 30 % des hommes sont atteints de calvitie au début de la trentaine et 50 % à 50 ans.
  • Chez la femme, particulièrement après la ménopause, la perte des cheveux frappe entre 40 % et 50 % d'entre elles.

Habituellement, les cellules souches des follicules pileux se renouvellent à chaque cycle des follicules. C’est ce processus qui permet aux cheveux de continuellement repousser.

Il arrive qu’en vieillissant, ces cellules souches ne parviennent plus à se reconstituer, ce qui entraîne une diminution de leur nombre et un amincissement des cheveux. C’est l’alopécie androgénétique, la forme la plus courante de perte de cheveux.

Si les scientifiques savaient que les personnes en surpoids présentaient un risque plus élevé d’alopécie androgénétique, ils ignoraient encore si l'obésité accélérait l'éclaircissement des cheveux et quels étaient les processus moléculaires sous-jacents.

Cette étude permet donc de mieux cerner le dysfonctionnement des cellules causé par un régime riche en gras ou une obésité induite génétiquement. Elle permet aussi d’espérer la mise au point de traitements contre la perte des cheveux.

En 2019, une équipe de l'Université du Wisconsin-Madison annonçait la mise au point d’un dispositif qui tient dans la paume d’une main et qui stimule la peau à l'aide d'impulsions électriques de basse fréquence. Ce dispositif incite les follicules en dormance à réactiver la production de poils.

En mai 2018, une découverte fortuite de chercheurs britanniques montrait qu’un médicament conçu initialement pour traiter l'ostéoporose présentait un effet stimulant important sur le développement des follicules capillaires d'hommes ayant subi une greffe de cheveux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !