•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les écoles de la Mauricie et du Centre-du-Québec se préparent à utiliser des tests rapides

Des élèves avec des masques dans une cour d'école.

Les enfants auront accès au dépistage rapide dans les écoles.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

Les tests rapides ont commencé à arriver dans les Centres de services scolaires de la région et les directions préparent leur utilisation dans les écoles primaires.

Les autorités scolaires doivent notamment obtenir le consentement écrit des parents pour pouvoir faire subir un test à un enfant qui développerait des symptômes reliés à la COVID-19 au cours de la journée. Elles doivent aussi s'assurer d'avoir assez d'employés pour administrer les tests.

Le test rapide ne remplace pas celui effectué dans les centres de vaccination. Si l’élève est positif, il sera retiré de l’école et devra aller passer un test PCR.

Le gouvernement du Québec a annoncé à la mi-septembre la distribution de tests rapides dans les écoles primaires de 10 régions, dont la Mauricie et le Centre-du-Québec. Plus de 155 000 tests ont été distribués dans le réseau.

Même si ce sont des membres du personnel de soutien qui administreront les tests, des enseignants se questionnent sur leur rôle dans le processus. Qui va s'occuper de constater les symptômes, quels symptômes vais-je devoir constater?, se demande la présidence du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin.

Un test de dépistage rapide dans les mains d'un adulte.

Des tests de dépistage rapide sont distribués dans les écoles.

Photo : Reuters

Déploiement graduel dans la région

Le Centre de services scolaire de la Riveraine a reçu ses tests rapides la semaine dernière. Il s’attend à ce que toutes ses écoles soient en mesure d’offrir le test dans environ deux semaines.

Ce qu’on souhaite, c’est d’être en mesure de les déployer la semaine prochaine, mais plus réalistement [...] au retour de l’Action de grâce, ça devrait être disponible partout dans nos établissements, a déclaré le directeur général du Centre de services scolaire de la Riveraine, Pascal Blondin, en entrevue à l’émission Toujours le matin. On a suffisamment de tests rapides, par contre, il nous manque quelques équipements de protection et des bacs biorisques pour disposer des tests utilisés, ajoute-t-il.

La mise en place des tests rapides demande une certaine préparation. Ce n’est pas que c’est compliqué, mais c’est un dossier qu’on doit bien mener et ne pas mener trop rapidement, parce qu’on ne veut pas bousculer personne et on veut s’assurer que ce soit bien fait quand on va les déployer dans les écoles, affirme Pascal Blondin.

Le Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy a reçu ses tests rapides et doit maintenant les distribuer dans les écoles. Les parents ont reçu une lettre la semaine dernière afin qu’ils puissent donner ou non leur consentement. La mise en oeuvre des tests se fera de façon progressive, nous indique-t-on.

Le centre de services en est à recruter l'équipe qui s'occupera des tests. C'est du volontariat pour administrer les tests et dans l'éventualité où il n'y a pas [assez de volontaires], on attend des directives du ministère concernant cela, a déclaré le directeur général, Luc Galvani.

Le Centre de services scolaire de l’Énergie n’a quant à lui reçu que quelques trousses de tests rapides, pour l’instant. Les formations du ministère de l’Éducation du Québec pour le personnel ont commencé à la fin de la semaine dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !