•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ça suffit. Je n’ai pas la force de continuer », dit Annamie Paul

Annamie Paul, les yeux fermés.

Annamie Paul a annoncé sa démission lors d'une déclaration lue au parc Suydam, à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

La cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul, a annoncé lundi qu'elle remettait sa démission, une semaine après la piètre performance de sa formation lors des élections générales.

Ça suffit, je n’ai pas la force de continuer, a-t-elle déclaré, en référence aux turbulences qui ont secoué son parti depuis qu'elle en a pris la direction, il y a près d'un an.

Je n’ai pas la force de continuer à subir les attaques, les attaques dans notre parti, les attaques de nos conseillers, d’anciens chefs de notre parti envers notre conseil, a-t-elle ajouté.

Ce n’est pas la raison [pour laquelle] j’ai décidé d'entrer dans la vie politique. C'est le moment d’aller dans une autre direction, a-t-elle dit lors d'une déclaration publique au terme de laquelle elle n'a répondu à aucune question.

Mme Paul, la première femme noire à diriger un parti politique fédéral, a fait valoir qu'elle n'avait cessé d'affronter des vents contraires depuis son élection à titre de cheffe des verts, le 3 octobre 2020.

Décider de continuer à diriger le parti s'est avéré une lutte terrible, a-t-elle dit, avant d'expliquer qu'elle sentait la responsabilité de persister malgré tout.

Les candidats et les bénévoles du parti méritaient d'avoir une cheffe, et j'avais la responsabilité de montrer que quelqu'un comme moi pouvait aller aussi loin, a-t-elle déclaré.

Quand j’ai été élue et mise dans ce rôle, je brisais un plafond de verre. Ce que je n’ai pas réalisé à l’époque, c’est qu’il allait tomber sur ma tête, laissant des éclats de verre sur lesquels je devrais ramper pendant mon temps en tant que leader.

Une citation de :Annamie Paul, cheffe démissionnaire du Parti vert du Canada

Arrivée au stade des débats [...] je crachais du sang, mais j'étais déterminée à être là, pour que la prochaine fois où quelqu'un comme moi pensera à se présenter [...] il sache que c'est possible de le faire, a-t-elle poursuivi.

Mme Paul, qui a terminé quatrième dans sa circonscription de Toronto-Centre, a dit n'éprouver aucun regret d'avoir traversé ce qui a été la pire période de sa vie, sans cacher qu'elle n'a pas été surprise des résultats obtenus.

Le Parti vert n'a réussi qu'à conserver deux sièges à la Chambre des communes et les appuis au parti se sont effondrés, passant de 6,5 % en 2019 à 2,3 % en 2021.

Après avoir fait campagne sans financement, sans personnel et sans directeur de campagne, a-t-elle constaté, il était très difficile de convaincre les électeurs de voter pour [notre] parti.

Remise en question de son leadership

Annamie Paul a expliqué que le premier clou dans son cercueil politique avait été posé le jour du vote, lorsque le président du conseil fédéral du parti lui a annoncé que son leadership serait remis en question.

Le dernier clou a été mis samedi, lorsque tous les membres du parti ont reçu un courriel confirmant que son leadership ferait l'objet d'une révision.

C'est alors qu'elle s'est demandé si elle avait la force de continuer dans son rôle, question à laquelle elle a finalement répondu par la négative.

Il est clair qu'on ne m'a pas laissé l'occasion de diriger. On ne m'a pas donné cette occasion, et on ne me la donnera pas.

Une citation de :Annamie Paul, cheffe démissionnaire du Parti vert du Canada

Mme Paul n'a pas révélé ce qu'elle entendait faire de son avenir. Elle a indiqué qu'elle trouverait d'autres façons de servir les causes qui lui sont chères, telles que l'environnement et la justice sociale.

Les dissensions au sein du Parti vert ont éclaté au grand jour ce printemps, dans la foulée d'une offensive de l'armée israélienne en sol palestinien, en réplique à des tirs de roquettes palestiniennes vers Israël.

La députée verte de Fredericton, Jenica Atwin, considérée comme une étoile montante du parti, avait alors condamné des frappes aériennes à Gaza, en réclamant la fin de l’apartheid. Un autre député vert, Paul Manly, avait qualifié la situation au Moyen-Orient de nettoyage ethnique.

Le conseiller principal de Mme Paul, Noah Zatzman, avait alors accusé des députés verts de discrimination et d’antisémitisme et s'était engagé à travailler contre leur réélection, déclenchant une véritable crise à l'interne.

De nombreux militants ont alors reproché à Mme Paul de ne pas avoir désavoué M. Zatzman, tandis que Mme Atwin annonçait qu'elle passait dans le camp du Parti libéral. Elle a d'ailleurs été réélue sous cette bannière lundi dernier.

L'affaire a durablement ébranlé le leadership de Mme Paul, qui a été ouvertement contesté par une partie des membres du parti. Un vote de confiance avait finalement été écarté quelques semaines avant le scrutin.

« Incapable d'admettre ses erreurs »

En entrevue à Radio-Canada la semaine dernière, l'ancien chef adjoint et conseiller du parti, Daniel Green, avait attribué la déconfiture des verts à Mme Paul et aux tensions internes qui ont persisté pendant la campagne.

Il l'invitait à procéder à un examen de conscience et à reconnaître sa responsabilité.

Elle doit évidemment reconnaître ses fautes, ce qu’elle n’a pas fait. Ça me désole, a commenté M. Green lundi. Annamie Paul ne quitte pas comme tel le parti avec – ce qu’on aurait pu attendre – une certaine dignité.

En politique, quand on fait une erreur, il faut admettre ses erreurs et Annamie Paul semble incapable d’admettre ses erreurs.

Une citation de :Daniel Green, conseiller du Parti vert

Sur Twitter, le premier ministre Justin Trudeau a souhaité à Mme Paul une excellente continuation. Merci, Annamie Paul, d'avoir répondu à l'appel et d'avoir servi les Canadiens avec détermination, a écrit le chef libéral.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a remercié Mme Paul pour son leadership, sa résilience et sa persévérance. Vous avez permis à toute une génération de se voir représentée en politique, a-t-il écrit.

Le chef conservateur Erin O'Toole a aussi salué sa persévérance et son rôle de pionnière pour les Canadiens de tous les horizons intéressés par le service public.

J’ai toujours aimé nos discussions et admiré votre ténacité. Mes meilleurs vœux à vous et à votre famille, a-t-il écrit.

Enfin, la députée réélue de Saanich-Gulf Islands et ex-cheffe du Parti vert, Elizabeth May, a simplement retweeté le message d'Annamie Paul annonçant sa démission.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !