•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10,8 millions $ de plus par année pour l’aide sociale au Nouveau-Brunswick

Bruce Fitch en mêlée de presse devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick et du Canada.

Le ministre du Développement social, Bruce Fitch.

Photo : Radio-Canada

Pascal Raiche-Nogue

Les prestataires de l’aide sociale qui travaillent pourront garder une plus grande partie de leurs revenus liés à leur emploi. Il s’agit de l’un des éléments clés de la réforme présentée lundi par le gouvernement Higgs.

Les changements annoncés par le ministre du Développement social, Bruce Fitch, entreront en vigueur le 1er octobre 2021. Ils seront rendus possibles par un investissement annuel supplémentaire de 10,8 millions de dollars.

Il s’agit en grande partie de réductions des déductions. Le gouvernement provincial va donc retenir moins d’argent des prestataires dans plusieurs situations, notamment lorsqu’ils travaillent.

Les changements vont donner plus d’aide aux familles et aux personnes dans le besoin, a dit Bruce Fitch, lors de la présentation de sa réforme.

Les prestataires de l’aide transitoire qui ont un emploi pourront gagner jusqu’à 500 $ par mois sans déduction. Fredericton réduira leurs prestations de 0,50 $ pour chaque dollar supplémentaire gagné.

En ce moment, les prestataires de l’aide transitoire peuvent seulement gagner jusqu’à 150 $ (pour les unités d’une personne) ou 200 $ (pour les unités de plus d’une personne) par mois sans perdre une partie de leurs prestations d’aide sociale. Leurs prestations sont ensuite réduites de 0,70 $ pour chaque dollar gagné au-delà de ces deux montants.

Ça vaudra plus la peine de trouver un emploi. Ça les récompensera aussi davantage, parce qu’ils pourront garder une plus grande partie de leurs revenus pour répondre à leurs besoins de base, a dit Bruce Fitch.

Il avance qu'environ 3500 ménages bénéficieront de ce changement.

De plus, à compter du 1er octobre, les prestataires ne verront pas leurs versements réduits s’ils reçoivent également une pension alimentaire, l’Allocation Canada-Nouveau-Brunswick pour le logement ou des montants compensatoires liés à des blessures.

Le gouvernement ne réduira plus les versements aux gens qui vivent avec leurs parents ou qui consacrent moins de 25 % de leurs prestations au logement.

Quant aux clients de l'aide sociale qui demandent la désignation de personne handicapée, ils pourront faire signer leurs formulaires par une infirmière praticienne.

Les gens trouvaient difficile de faire remplir leurs formulaires chaque année, parce qu’ils devaient attendre un rendez-vous chez le médecin. (...) Ça va permettre aux infirmières-praticiennes de réduire la paperasse, de réduire l’attente et de signer des formulaires de clients de l’aide sociale, a expliqué Bruce Fitch.

Des changements insuffisants, selon l'opposition

Le député de Baie-de-Shediac-Dieppe, le libéral Robert Gauvin, salue les changements apportés. Mais il croit que le gouvernement de Blaine Higgs aurait dû aller plus loin.

Il y a de bonnes choses là-dedans. On aurait aimé en voir plus. On aurait surtout aimé voir l'abolition de la Politique sur le revenu du ménage. C'est quelque chose qui est décrié par plusieurs organismes et plusieurs personnes, a-t-il dit.

Cette politique peut mener à une révision à la baisse des versements lorsqu'un prestataire emménage avec une autre personne afin de partager les dépenses liées au logement.

Le chef du Parti vert, David Coon, est du même avis. Il demande au gouvernement d'annuler cette politique et croit qu'il aurait pu annoncer des changements beaucoup plus importants.

C'est une petite étape vers un effort de réduire le nombre de personnes qui vivent dans la pauvreté. [...] La réforme ne comprend pas les initiatives essentielles pour atteindre cette cible, a-t-il affirmé.

David Coon souhaite qu'un projet pilote de revenu minimum garanti pour les personnes handicapées soit développé en collaboration avec le gouvernement fédéral. Il demande aussi une augmentation importante des prestations de l'aide sociale

Au Nouveau-Brunswick, un prestataire de l'aide sociale employable et célibataire reçoit 571 $ par mois. Un prestataire qui demeure avec une personne de moins de 19 ans reçoit 896 $ par mois.

C'est beaucoup trop peu selon David Coon. Le porte-parole de l'opposition officielle, Robert Gauvin, abonde dans le même sens.

Lorsque tu as enlevé le loyer, il ne reste plus grand-chose. Ce qu'il ne faut pas oublier de mentionner, c'est qu'il y a beaucoup de ces gens-là qui ne sont pas aptes à travailler maintenant et qui ne le seront peut-être jamais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !