•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux Michael ont été libérés pour des raisons de santé, prétend la Chine

Ils ont été libérés sous caution après « un diagnostic par des institutions médicales professionnelles », soutient une porte-parole de la diplomatie chinoise.

Michael Kovrig, souriant, enlace, deux femmes.

Michael Kovrig, entouré de sa femme, Vina Nadjibulla (à gauche) et de sa sœur, Ariana Botha, après son arrivée, samedi, à l'aéroport Pearson de Toronto.

Photo : Associated Press / Frank Gunn

Associated Press

Deux Canadiens détenus depuis la fin de 2018 en Chine et qui ont été autorisés à rentrer au Canada ont été libérés sous caution pour des raisons de santé, a annoncé lundi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Une porte-parole du ministère a fait ce commentaire alors que Pékin cherchait à minimiser le lien entre leur libération et le retour en Chine d'une cadre de Huawei Technologies détenue depuis longtemps.

Les Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig ont été arrêtés en décembre 2018, quelques jours après que la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêtée au Canada à la demande des autorités américaines.

De nombreux pays ont qualifié l'action de la Chine de politique d'otages, tandis que la Chine a accusé Ottawa de détention arbitraire. Les deux Canadiens ont été emprisonnés pendant plus de 1000 jours.

Mme Meng s'est opposée à la demande américaine d'extradition. Elle a atterri en Chine samedi après avoir conclu un accord avec le ministère américain de la Justice, qui a conduit à un échange de prisonniers.

Le cas de Meng Wanzhou est complètement différent de celui de Michael Kovrig et Michael Spavor dans sa nature, a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying aux journalistes lors d'une séance d'information quotidienne, lundi.

Les deux hommes étaient soupçonnés de mettre en danger la sécurité nationale, a ajouté Mme Hua.

M. Spavor, un entrepreneur, avait été condamné à 11 ans de prison, accusé d'espionnage. M. Kovrig n'avait pas encore été condamné, mais faisait face à des accusations similaires.

La Chine a libéré les deux Canadiens sous caution après un diagnostic par des institutions médicales professionnelles, et avec la garantie de l'ambassadeur du Canada en Chine, a déclaré Mme Hua.

M. Kovrig discute avec M. Trudeau, et M. Spavor reçoit une accolade de Dominic Barton.

L'avion transportant les deux Michael a atterri samedi à l'aéroport de Calgary. Sur la photo, on voit M. Kovrig en discussion avec le premier ministre Justin Trudeau, tandis que Michael Spavor, en complet gris pâle, reçoit une accolade de l'ambassadeur canadien en Chine, Dominic Barton.

Photo : Reuters / Ministère de la Défense nationale du Canada

Mme Hua n'a pas répondu aux questions des journalistes quant à savoir si la libération des prisonniers était totalement indépendante du dossier Meng Wanzhou et quelles étaient les raisons de santé évoquées.

Un porte-parole de l'ambassade du Canada à Pékin a dirigé les questions vers Affaires mondiales Canada à Ottawa.

Mme Meng a conclu un accord avec les procureurs fédéraux américains, qui abandonneront les accusations de fraude contre elle l'année prochaine. En retour, elle accepte la responsabilité d'avoir présenté de manière inexacte les relations commerciales de l'entreprise en Iran.

Son retour en Chine a été retransmis en direct sur les ondes du diffuseur central du pays, CCTV, alors qu'elle portait une robe du même rouge que le drapeau chinois et remerciait le dirigeant du pays, Xi Jinping, et le Parti communiste au pouvoir.

Lundi, Mme Hua a déclaré que Mme Meng avait été victime de persécutions politiques et avait pu retourner en Chine grâce aux efforts inlassables du gouvernement.

En revanche, la nouvelle de la sortie des deux Michael a été rapportée par le tabloïd d'État Global Times, et bien que la nouvelle se soit propagée en ligne, elle n'a pas été relayée par des agences médiatiques d'État plus autorisées comme CCTV ou Xinhua.

Un bouquet de fleurs dans les mains, Meng Wanzhou marche sur un tapis rouge et salue la foule.

Meng Wanzhou a été acclamée par la foule à son arrivée sur le tarmac de l'aéroport international de Shenzhen.

Photo : CCTV via Reuters

Huawei est le plus grand fournisseur mondial d'équipements réseau pour les entreprises de téléphonie et d'Internet. L'entreprise a été un symbole des progrès de la Chine pour devenir une puissance mondiale technologique – et un sujet de préoccupation pour la sécurité aux États-Unis.

L'administration de l'ancien président Donald Trump a coupé l'accès de Huawei aux composants et à la technologie américains et a par la suite interdit aux fournisseurs du monde entier d'utiliser la technologie américaine pour produire des composants pour Huawei.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !